Retour

Meurtre de James Dubé : Johanne Johnson « ne posait aucune question »

Jeudi, au quatrième jour du procès de Johanne Johnson, accusée du meurtre de son conjoint James Dubé survenu à Grande-Rivière en 1998, le frère de la victime, André Dubé, a raconté que sa belle-sœur ne posait aucune question au lendemain du crime pour savoir qui aurait pu commettre un tel geste.

Elle ne manifestait pas de tristesse, selon le témoin.

Par ailleurs, André Dubé a dit avoir trouvé étrange d'entendre Johanne Johnson parler de se construire une nouvelle maison avant que les funérailles aient eu lieu.

Témoignage du neveu de la victime

Un neveu de James Dubé, Anthony, a confié que son oncle était comme un deuxième père pour lui. Il a dit que l'arme volée sur la bateau avait été achetée pour Johanne Johnson parce qu'elle était plus légère pour aller à la chasse.

Le témoin a aussi révélé qu'il avait trouvé étrange le fait que Johanne Johnson ait magasiné une voiture pour sa fille quelques jours seulement après le drame alors que James Dubé s'y opposait avant sa mort.

Un autre témoin, Gilles Lebreux, qui travaillait avec la victime, est venu confirmer que l'arme avait bel et bien été volée. Par contre, interrogé par l'avocat de Johanne Johnson, il a dit que plus d'une personne avait accès au bateau et donc, à l'arme volée.

D'après les informations de Martin Toulgoat

Plus d'articles

Commentaires

Vidéo du jour


Une caméra de sécurité montre quelque chose d'extraordinaire





Rabais de la semaine