Retour

Mieux intervenir en cas de déversement dans la baie des Chaleurs : mise à l'eau des bouées dérivantes

Le Comité ZIP Baie des Chaleurs a procédé à la mise à l'eau de nouvelles bouées dérivantes munies d'émetteurs GPS, mercredi, à Carleton-sur-Mer. Ce projet, amorcé depuis quelques semaines, vise à mesurer le mouvement de dérive et de dispersion des polluants de surface.

Avec les projets industriels en développement dans la baie des Chaleurs, comme la cimenterie à Port-Daniel-Gascons et le port pétrolier à Belledune, au Nouveau-Brunswick, le trafic maritime va augmenter.

Les bouées dérivantes, munies de GPS, visent à mieux préparer la région à intervenir en cas de déversement d'hydrocarbures en mer, explique la chargée de projet au Comité ZIP Baie des Chaleurs, Josianne Torresan.

D'autres bouées flottantes seront déposées, notamment dans le secteur de Belledune, qui doit devenir un futur port pétrolier où seraient stockés 220 wagons-citernes de pétrole provenant de l'Alberta tous les jours.

Ottawa trop laxiste, selon le NPD

Selon le député néo-démocrate de la circonscription de Gaspésie-Îles-de-la-Madeleine, Philip Toone, Ottawa se montre trop laxiste dans le dossier du transport des hydrocarbures.

Appel à la collaboration

Le Comité ZIP demande aux navigateurs et aux pêcheurs de ne pas retirer les bouées de l'eau s'ils en aperçoivent en mer.

Il invite aussi les riverains à les ramasser lorsqu'elles échouent sur le rivage afin que les chercheurs les récupèrent, puis les remettent à l'eau.

Les données analysées par l'Institut des sciences de la mer de Rimouski permettront de modéliser d'éventuelles dérives d'hydrocarbures dans la baie des Chaleurs au courant de l'hiver.

D'après le reportage de Pierre Cotton

Plus d'articles

Commentaires