Retour

Mike McKenzie de retour à son poste de chef de Uashat-Maliotenam

Après deux mois d'absence, le chef de la communauté innue de Uashat-Maliotenam, Mike McKenzie, accusé d'agression sexuelle sur une mineure, est retourné à son poste mercredi.

Le chef avait décidé de se retirer temporairement de ses fonctions pour rester en famille lorsque des accusations d'agression sexuelle, d'attouchement et d'incitation à des attouchements sexuels sur une enfant de moins de 14 ans ont été portées contre lui en juin dernier.

« C'était vraiment important de se retirer temporairement, souligne Mike McKenzie. Je suis quand même un père de famille. J'ai un petit enfant, donc c'est important de sécuriser la famille dans des événements de même. »

Deux mois plus tard, il continue de clamer son innocence et se dit prêt à aller de l'avant.

« On sort d'une campagne en février et en mars, j'ai été élu démocratiquement. Je pense que c'est important de reprendre mes fonctions et mes responsabilités qui m'ont été confiées par la population », affirme le chef de Uashat-Maliotenam.

Avis juridiques favorables à son retour

Le conseil de bande a toutefois reçu deux avis juridiques favorables au retour en poste de Mike McKenzie. Selon le président des élections de Uashat-Maliotenam, Luc Dion, aucune disposition du code électoral ne le contraint à se retirer tant qu'il n'est pas reconnu coupable.

« Il faut vraiment qu'il y ait eu une condamnation et que les délais soient expirés et encore faut-il que ce soit une infraction sucseptible d'une peine d'emprisonnement de deux ans ou plus », fait remarquer Luc Dion.

Il faudrait l'appui de 100 électeurs pour modifier le code électoral de Uashat-Maliotenam.

Les procédures judiciaires contre Mike Mckenzie ne font que s'amorcer. Le chef reviendra en cour le 14 septembre pour l'orientation du dossier.

D'après les informations de Katy Larouche

Plus d'articles

Commentaires