Retour

Mine Arnaud : Québec « crée de faux espoirs », dit Lorraine Richard

Le gouvernement Couillard « crée de faux espoirs » à Sept-Îles et « se moque de toute une population sans emploi » avec sa gestion du projet de Mine Arnaud, a lancé à l'Assemblée nationale jeudi matin la députée de Duplessis, Lorraine Richard.

Elle a vivement interpellé le ministre de l'Économie Jacques Daoust au sujet du projet de mine d'apatite à ciel ouvert, qui n'a toujours pas de troisième partenaire financier.

Pour sa part, Investissement Québec reconnaît que le financement du projet de Mine Arnaud n'est pas encore terminé. La porte-parole Chantal Corbeil rappelle que le gouvernement est toujours à la recherche d'un investisseur-opérateur pour développer la mine.

Selon la porte-parole, l'étape de l'ingénierie détaillée qui est en cours permettra d'attirer un investisseur prêt à opérer le site minier.

Les démarches progressent, rétorque Daoust

Quant au ministre Jacques Daoust, il a rétorqué à Lorraine Richard que le gouvernement a entrepris des démarches pour trouver des acheteurs potentiels.

Le ministre a d'ailleurs évoqué son récent voyage en Chine, au cours duquel il a présenté le projet minier à un représentant du gouvernement chinois dans le but d'attirer des investisseurs.

Explications réclamées

Par ailleurs, la députée Lorraine Richard a également sommé le gouvernement de répondre à la demande du maire de Sept-Îles de venir expliquer le décret environnemental qui a autorisé le projet. En juin, une première demande des conseillers municipaux leur a été refusée

« Ils [les représentants du ministère de l'Environnement] ne sont pas encore venus, a dit la députée de Duplessis. Ils doivent être gênés [...] Ce qu'on constate, c'est que ce projet ne tient pas la route. »

Le ministre de l'Environnement, David Heurtel, lui a alors rappelé qu'une séance d'information technique a été organisée avec le maire Réjean Porlier et le conseil municipal lors de l'annonce de l'autorisation gouvernementale, en mars dernier.

« Tout ce que nous attendons du maire, c'est qu'il nous pose des questions précises et nous serons heureux de lui répondre », a-t-il ajouté.

La construction de la mine, qui doit créer des centaines d'emplois, doit s'amorcer au printemps 2016 pour se terminer à la fin de l'année 2018.

Selon le gouvernement du Québec, le projet de 850 millions de dollars générera des retombées économiques d'une centaine de millions de dollars sur une trentaine d'années.

Plus d'articles

Commentaires