Retour

Mine Arnaud : un projet sans effets négatifs sur l'environnement, selon l'Agence canadienne 

L'Agence canadienne d'évaluation environnementale estime que le projet de Mine Arnaud n'est pas susceptible d'avoir des effets négatifs importants sur l'environnement compte tenu des mesures d'atténuation et des engagements pris par le promoteur.

L'organisme fédéral a rendu public vendredi son rapport d'étude approfondie sur le projet de mine d'apatite à l'entrée ouest de Sept-Îles.

Compétences fédérales à l'étude

Dans le document de 150 pages, l'Agence explique pourquoi le projet est soumis à une évaluation environnementale fédérale.

Le Port de Sept-Îles louera au promoteur, par la signature d'un bail, des terrains afin de mettre en place des installations de manutention, d'entreposage et de transbordement du concentré d'apatite.

Pour ce faire, des permis et des autorisations devront être délivrés par Pêches et Océans Canada, en vertu de la Loi sur les pêches, ainsi que par l'Office des Transports du Canada, en vertu de la Loi sur les transports au Canada.

Droits autochtones

L'Agence a mené une consultation auprès des communautés innues de Uashat-Maliotenam et de Matimekush-Lac John.

Ces dernières avaient soumis un mémoire qui présentait les risques et les impacts négatifs sur le poisson, la faune et leurs activités traditionnelles.

Uashat-Maliotenam revendique des droits ancestraux sur le territoire où sera réalisé le projet situé à 10 kilomètres à l'ouest du centre-ville de Sept-Îles.

Sur ce point, l'Agence soutient que le projet de mine d'apatite n'empêchera pas la pratique des activités traditionnelles innues et que le territoire des deux communautés ne sera pas directement touché.

Ainsi, les effets négatifs sur les droits ancestraux des Premières Nations seront « évités ou atténués de façon satisfaisante », conclut l'Agence canadienne d'évaluation environnementale.

Ultime consultation

La publication de ce rapport constitue la dernière étape de la troisième et ultime période de consultation publique sur l'évaluation environnementale du projet de Mine Arnaud.

Le public et les groupes autochtones sont invités à formuler jusqu'au 28 août des commentaires sur ce rapport à l'Agence canadienne d'évaluation environnementale.

À l'issue de cette consultation, la ministre fédérale de l'Environnement, Leona Aglukkaq, étudiera le rapport et ces commentaires.

La ministre devra déterminer par la suite si le projet est susceptible ou non d'entraîner des effets environnementaux négatifs importants. 

Plus d'articles

Commentaires