Retour

Mort d’un patient : la redirection vers Maria était adéquate, maintient le CISSS

C'est ce que soutient le rapport interne réalisé par le Centre intégré de santé et de services sociaux. Toutefois, le ministre de la Santé, Gaétan Barrette, continue de qualifier la décision « d'inopportune ».

Un texte de Joane BérubéSelon le rapport d’enquête administrative sur le décès d’un homme par arrêt cardiorespiratoire dans la nuit du 23 au 24 novembre lors d’un transport par ambulance à l’hôpital de Maria, il n’y aurait aucun fait reliant la mort du patient et la couverture médicale au CLSC de Paspébiac.

En conséquence, d’après les auteurs du rapport, la décision de diriger le patient à l’hôpital de Maria était adéquate.

Le rapport interne du Centre intégré de santé et de services sociaux (CISSS) conclut que le décès du patient serait survenu à domicile à 23 h26, soit plusieurs minutes avant l’appel des ambulanciers au CLSC de Paspébiac, qui a été effectué à 23h45. Le patient a alors été référé à l’hôpital de Maria.

De manière plus précise, les manœuvres de réanimation ont débuté dès l’arrivée des ambulanciers et ont cessé à 12 h 17, soit trente minutes après le départ du domicile. L’ambulance est parvenue à l’hôpital de Maria à 12 h 29 où le décès a été constaté par un médecin.

Le rapport indique qu’au moment où l’équipe médicale du CLSC prend sa décision « le patient n’était pas sur le chemin en direction de Paspébiac ni dans l’ambulance, prêt à prendre la route, qu’il était en asystolie sans rythme choquable, la décision prise par l’équipe médico-nursing, a été de diriger le patient immédiatement vers l’hôpital de Maria ».

Le CLSC dispose d’un plateau technique pour stabiliser les patients en situation critique, mais ne dispose pas d’unité de soins intensifs.

Faute d’effectifs, aucun médecin n’était de garde ce soir-là à l’urgence de Paspébiac.

L’absence de médecin dans la nuit du 23 au 24 novembre avait été signalée aux ambulanciers et au centre d’appels d’urgence de l’Est du Québec.

Le protocole indique que dans ce cas, les patients sont redirigés vers l’hôpital le plus près, à compter de deux heures avant la fermeture de l’urgence.

L’infirmière, en poste le soir du 23 novembre, avait été suspendue avec solde le temps de l’enquête. Elle a réintégré ses fonctions le 28 novembre.

Services préhospitaliers

L’enquête ne s’est pas penchée sur les délais d’intervention des ambulanciers. Bien que l’appel aux services d’urgences ait été effectué à 23 h 12, les ambulanciers sont arrivés à domicile 13 minutes plus tard.

En horaire de garde à leur domicile, les ambulanciers ont joint leur véhicule à 23 h 21, soit 9 minutes après l’appel, selon le vice-président de la section locale 592 de la Fédération des travailleurs préhospitaliers du Québec, André-Tremblay-Roy.

Le CISSS indique que les horaires de garde des ambulanciers seront éventuellement révisés selon les critères du ministère.

Selon le CISSS, il n’y aura pas d’enquête du coroner sur les circonstances du décès, ni de rapport indépendant.

De nouvelles ressources

Interpellé en chambre par le député de Bonaventure, Sylvain Roy, et le député de Gaspé, Gaétan Lelièvre, le ministre de la Santé, Gaétan Barrette a assuré que la couverture médicale au CLSC répond aux besoins de la population.

La direction du CISSS s’engage d'ailleurs à maintenir l’urgence du CLSC de Paspébiac ouverte 24 h par jour, sept jours sur sept, sauf en cas de circonstances exceptionnelles.

L’urgence du CLSC de Paspébiac est classée 2b, donc doit assurer une présence médicale minimale de 12 à 16 h par jour, sept jours par semaine. Historiquement toutefois, dans la mesure où les ressources étaient disponibles, le CLSC a toujours offert des services d’urgence 24 h par jour. Depuis le 10 novembre, la loi 130 permet à la direction du CISSS d'obliger un médecin à assurer la garde d'un service d'urgence en cas de nécessité.

Le ministère de la Santé et des Services sociaux a confirmé cette semaine qu’un médecin supplémentaire entrera en poste en janvier pour desservir à la fois le CLSC de Paspébiac et l'hôpital de Maria.

Plus d'articles

Commentaires

Vidéo du jour


Un rottweiler goûte à du citron pour la première fois





Rabais de la semaine