Retour

Murdochville quitte le programme Villages-relais

Murdochville a décidé de quitter le programme Villages-relais cet automne, car elle n'est plus capable de répondre aux exigences nécessaires pour conserver l'accréditation. C'est la quatrième municipalité à abandonner le programme depuis sa création en 2007.

La nomination Village-relais désigne une municipalité reconnue par le ministère des Transports du Québec comme étant un endroit où les automobilistes et voyageurs peuvent trouver un lieu sécuritaire, avec une variété de services accessibles selon des heures précises, comme de l’essence, de l’hébergement ou de la restauration.

Cette situation attriste la mairesse de Murdochville, Délisca Ritchie-Roussy, qui perd encore une reconnaissance pour l’ancienne ville minière. Elle se demande du même souffle si le Ministère devrait changer certains critères pour que le programme soit mieux adapté aux réalités des petites municipalités en région.

Peut-être changer les heures aussi et changer les obligations qu’on a.

Delisca Ritchie-Roussy, mairesse de Murdochville

Programme en réévaluation

Le ministère des Transports est bien au courant des défis que doivent relever les petites municipalités pour respecter la charte du programme.

Une révision des critères d'admissibilité est justement en cours, explique le porte-parole du ministère des Transports, de la Mobilité durable et de l'Électrification des transports, Alexandre Bougie. « Pour nous, c’est très important d’avoir une qualité du service », dit-il, en précisant que les détails seront dévoilés plus tard.

[Les nouveaux critères] pourront nous permettre de maintenir des standards de qualités tout en facilitant la tâche à certaines municipalités.

Alexandre Bougie, porte-parole, du ministère des Transports, de la Mobilité durable et de l'Électrification des transports

Depuis la création du programme, il n'y a plus que 39 municipalités inscrites. Murdochville et Grande-Vallée sont parmi celles qui l'ont abandonné, de même que Duhamel-Ouest dans la MRC de Témiscamingue ainsi que Chibougamau dans le Nord-du-Québec.

L'objectif du Ministère est de 45 municipalités désignées Village-relais.

Villages-Relais, est-ce encore utile?

Récemment un consultant mettait en doute le programme, car il représente à ses yeux une dépense inutile, à une époque où la technologie permet aux voyageurs de connaître les endroits qui offrent les services offerts le long de la route.

Le Ministère précise qu'il ne coûte rien aux municipalités pour garder l’accréditation au programme. Il faut toutefois qu'elles s'assurent que les services promis soient accessibles.

Québec peut donner jusqu’à un maximum de 40 000 $ à une municipalité pour engager un agent qui élaborera un dossier de candidature et jusqu'à 20 000 $ pour un renouvellement.

La majorité des municipalités accréditées se sont regroupées entre elles pour former la Fédération des Villages-relais du Québec. Le prix pour être membre varie selon l'importance de l'endroit.

Plus d'articles

Commentaires

Vidéo du jour


Un enfant impressionne à la batterie dans le métro de New York





Rabais de la semaine