Retour

Nécropsies sur des saumons affectés par le champignon saprolegnia

Des nécropsies seront pratiquées sur des saumons qui ont été affectés par le champignon saprolegnia cet automne, sur la rivière Ristigouche.

Un texte de Brigitte Dubé avec la collaboration de Sylvie AubutDeux cents saumons ont été retrouvés morts, envahis par le saprolegnia. Il s'introduit par les blessures que s'infligent les saumons, pour ensuite se multiplier. Il se manifeste par des taches blanches sur la peau du poisson.

Selon Valérie Bujold, biologiste à la direction régionale du ministère des Forêts, de la Faune et des Parcs, les analyses qui seront effectuées à Saint-Hyacinthe devraient permettre de déterminer, entre autres, si la mort des saumons a été causée directement par le champignon ou si celui-ci s’est attaqué à eux parce qu’ils étaient déjà malades ou moribonds.

« Est-ce que c’est vraiment le champignon qui a entraîné la mort? Est-ce que des individus sont plus sensibles que d’autres? », s’interroge-t-elle.

La biologiste rappelle que cette infection est assez commune à l'automne, quand les poissons sont affaiblis. Elle indique aussi que d'autres rivières gaspésiennes ont été touchées par le passé.

« Le champignon est naturellement présent dans les cours d’eau douce et froide, souligne-t-elle. Ce n’est pas un envahisseur. »

Mais, Mme Bujold admet que la situation peut être inquiétante.

Mme Bujold mentionne aussi qu’après la reproduction, certains saumons vont rester dans la rivière, mais que ceux qui retournent dans l’océan vont être débarrassés du saprolegnia.

Plus d'articles

Commentaires

Vidéo du jour


Une caméra de sécurité montre quelque chose d'extraordinaire





Rabais de la semaine