La désignation de Mary Travers, dite La Bolduc, comme personnage historique est accueillie comme un cadeau du ciel au site Mary Travers de Newport où depuis 20 ans on souligne l'apport culturel et historique de la première chanteuse populaire du Québec.

Un texte de Joane Bérubé

Sylvie Duguay, qui personnifie la Bolduc au site Mary Travers de Newport et qui a écrit un livre sur l'artiste, espérait bien que sa chanteuse préférée ne soit pas oubliée lors du 75e anniversaire de son décès. Elle a été exaucée.

La ministre de la Culture, Hélène David, a annoncé tôt samedi matin que la chanteuse était officiellement désignée comme personnage historique du Québec. La Bolduc est seulement la seconde femme après Jeanne-Mance et la deuxième artiste de la chanson québécoise après Félix Leclerc à recevoir cet honneur posthume.

Première vedette québécoise de la chanson, La Bolduc a enregistré plus d'une centaine de titres au cours de sa carrière dont plusieurs sont devenus des classiques du répertoire traditionnel du Québec.

« C'est notre premier grand patrimoine artistique, estime Sylvie Duguay, c'est elle qui a ouvert le chemin à toute la colonie artistique que nous avons présentement. Le type de chanson, les tournées, elle a tout fait ça. Aujourd'hui, les chansons populaires sont basées sur ce qu'elle a amené. Mais j'ai toujours l'impression qu'elle est aux oubliettes, même si elle a tellement fait. »

Un musée malmené par le manque de financement

En 2015, les administrateurs du site de Newport ont dû se battre pour ouvrir le site, rapporte Steven Keignan, président du conseil d'administration du Site Mary Travers. La décision d'ouvrir le musée a été prise à la mi-juin grâce à une subvention de 16 000 $ de la Ville de Chandler.

Deux employés, Martine Smith, qui travaille au site Mary Travers depuis 20 ans et Sylvie Duguay, ainsi que le bénévolat des administrateurs qui ont permis le maintien des activités.   La saison 2016 s'annonce semblable.  Le site Mary Travers ne reçoit aucun soutien gouvernemental. 

Steven Keignan espère que l'annonce aidera à augmenter l'achalandage. Entre 2000 et 3000 personnes s'arrêtent chaque année pour visiter le musée et assister à la présentation.

« Pour moi, commente Sylvie Duguay, le plus difficile c'est qu'on parle ici de Mary. Je trouve ça tellement injuste qu'on doive se battre pour que tienne debout un site historique, culturel, patrimonial, muséal et que c'est madame Bolduc. Ça devrait être facile, mais c'est tellement difficile. Des fois, je me dis que ça ressemble à sa vie. »

Sylvie Duguay, qui était auparavant coordonnatrice et organisatrice du site Mary Travers, souligne aussi le courage extraordinaire de cette femme qui a enterré huit enfants. « Mary Travers, c'était la joie de vivre, malgré les deux guerres mondiales et la crise de 1929, cette femme a soutenu le moral de tous les Québécois avec ses chansons », commente celle qui considère La Bolduc comme une amie.

 Une Gaspésienne pure laine

Lorsqu'elle parle de La Bolduc, Sylvie Duguay, parle surtout de la Gaspésienne. « C'est aussi un bel héritage pour Newport, estime Mme Duguay, c'est une fille de notre village qui a laissé sa trace dans le monde. » Pour elle, les gens de Newport se reconnaissent dans le courage et la force de La Bolduc : « Les gens de Newport sont forts, je reconnais Mary, sans aucun doute, sa ténacité, son bon vouloir. »

En Gaspésie, et particulièrement dans la Baie-des-Chaleurs, chaque village a son accent, son vocabulaire pour parler de pêche et du temps qu'il fait. C'est une des raisons qui ont motivé Mme Duguay à écrire son livre La Bolduc : Parlure et accent de ses chansons.

Il y a aussi beaucoup de musiciens à Newport, souligne Mme Duguay. « Les gens aiment la musique, aiment danser. Mary avait ça dans le sang, elle a commencé à jouer du violon à cinq ans », fait-elle valoir.

Dimanche, à 11 h, il y aura une messe commémorative en l'honneur de Mary Travers. Le public est invité à revêtir des costumes d'époque. Habillée comme La Bolduc, Sylvie Duguay accueillera les gens, interprètera quelques chansons et lira un hommage à l'artiste. La cérémonie se terminera par une invitation au public à entonner Une Gaspésienne pure laine, une chanson composée par Mary Travers en 1934 pour le 400e anniversaire de Gaspé.

Un goûter sera servi après la cérémonie. Mary Travers, dite La Bolduc, est morte le 20 février 1941 des suites d'un cancer à l'âge de 46 ans.

À consulter :
La Bolduc de domestique à vedette de la chanson
La Bolduc devient personnage historique du Québec

Plus d'articles