Retour

Nicolas-Riou : des camionneurs locaux se disent évincés du chantier

Une trentaine de camionneurs de l'Association nationale des camionneurs artisans inc. (ANCAI) ont manifesté, jeudi matin au parc éolien Nicolas-Riou, dans la MRC des Basques. Ils disent avoir été évincés du chantier de construction du parc.

Selon eux, une clause avait pourtant été discutée avec les préfets de Rivière-du-Loup et des Basques pour favoriser les camionneurs demeurant aux alentours du parc éolien. 

Le directeur du courtage des camionneurs artisans de Rimouski, Jacques Dionne, affirme que « cette clause a été miraculeusement effacée des devis ». Jacques Dionne déplore que les camionneurs locaux soient « assis le matin dans leur maison et regardent les [camions] entrer sur le chantier. »

Selon Jacques Dionne les travailleurs embauchés viennent pour la plupart du Bas-Saint-Laurent ou de la Gaspésie. Cependant, il considère que les camionneurs locaux, qui habitent les municipalités aux abords du parcs, devraient avoir eu préséance sur ceux du Témiscouata et de la Matapédia ou de la Baie-des-Chaleurs.

L'avis des propriétaires et de la MRC

Mais voilà, les propriétaires du parc éolien et les représentants des MRC affirment être toujours favorables à leur accorder des contrats, mais que les tarifs de l'ANCAI sont 15 % plus élevés que les autres et qu'ils ont refusé de les abaisser.

« On a une responsabilité de gérer les deniers publics de manière responsable. Et les citoyens qu'on représente admettront que ce n'est pas normal de payer 15% plus cher. Je ne doute pas de la disponibilité des camionneurs de l'ANCAI et de leur compétence, mais pour ce qui est du prix, là, ça ne tient pas la route », affirme le préfet de la MRC de Rivière-du-Loup, Michel Lagacé.

Plus d'articles

Commentaires