Retour

Nouveau ministre : le Conseil de la culture de la Gaspésie prêt à se retrousser les manches

Même s'il s'avoue surpris par la nouvelle, le président du Conseil de la culture de la Gaspésie, Pierre Michaud, accueille favorablement la nomination de Luc Fortin comme ministre de la Culture et des Communications.

M. Michaud n'est pas inquiet quant à l'instabilité que pourrait créer cette nomination au moment où Québec vient tout juste de lancer les travaux sur le renouvellement de la politique culturelle du Québec. « L'appareil gouvernemental est toujours prêt à faire face à cette éventualité », commente M. Michaud.

Pierre Michaud estime que Luc Fortin pourra faire un bon ministre de la Culture. « Il a une belle formation de base pour prendre ce type de responsabilité, indique M. Michaud. Il a déjà été adjoint parlementaire de la ministre de la Culture et des Communications, il avait déjà un pied dans la boîte. Il s'agit maintenant de l'accompagner et de travailler avec. »

Il conseille d'ailleurs aux organismes qui ont des projets ou des besoins d'agir pour assurer la transition et faire en sorte que leurs dossiers demeurent dans les cartons des fonctionnaires. C'est ce qu'entend faire le Conseil de la culture. « On va se manifester pour remettre en lumière les enjeux de la culture pour la Gaspésie », assure le président.

Quant aux organismes de la Gaspésie, Pierre Michaud, rappelle qu'en fait d'instabilité la disparition des conférences régionales des élus a fait mal, tant sur le plan financier que sur le plan de la concertation.

Pour Pierre Michaud, un des grands enjeux est le maintien des grandes manifestations et des grands événements comme la Traversée de la Gaspésie, le Festival en chanson de Petite-Vallée, le Festival Musique du bout du monde, le Festival du Bois flotté ou la Grande Virée.

« Il faut garder ça vivant, c'est notre authenticité qui passe à travers ces événements. On n'aime pas se faire couper les budgets de ces manifestations », lance Pierre Michaud.

Diffusion de spectacles
Outre le financement des événements, plusieurs autres dossiers préoccupent le milieu culturel gaspésie, notamment les diffuseurs de spectacles.

La directrice de CD Spectacles, Josée Roussy, croit que la nomination d'un nouveau titulaire à la Culture arrive à un bien mauvais moment puisqu'elle survient dans un contexte d'incertitude quant au financement des diffuseurs.

Pour la première fois cette année, c'est le Conseil des arts et des lettres du Québec (CALQ) qui gérera le budget dévolu aux diffuseurs de spectacles. « Nous aurons des nouveaux paramètres. On dépose au CALQ et nous n'avons pas encore ce nouveau gabarit et on ne sait pas les montants qui seront transférés », précise Mme Roussy.

Cette dernière s'inquiète donc des délais que pourrait générer la période de transition entre Hélène David et Luc Fortin. « On va rapidement solliciter des rencontres pour s'assurer que les priorités de l'ex-ministre soient celles de M. Fortin », assure la directrice de CD Spectacles.

Les musées reconnus mais non financés devront aussi faire leur représentation auprès du nouveau ministre, estime Alexander Reford des Jardins de Métis. Il s'agit, souligne M. Reford, d'un autre dossier important du Bas-Saint-Laurent et de la Gaspésie-Îles-de-la-Madeleine.

Plusieurs musées sont aux prises avec des situations financières extrêmement difficiles. Chaque année, leur réouverture est remise en question. Cet automne, le musée Exploramer de Sainte-Anne-des-Monts a ainsi été sauvé in extremis grâce au don d'un organisme caritatif.  

Plus d'articles