Retour

Nouveau traversier Rivière-du-Loup – Saint-Siméon : une étude sera lancée sous peu

Au cours des prochains mois, la Société des Traversiers du Québec mènera une consultation pour connaître les attentes des usagers de la traverse entre Rivière-du-Loup et Saint-Siméon. Elle souhaite connaître l'avis des passagers sur ce qu'ils aimeraient avoir à l'intérieur d'un éventuel nouveau traversier.

Un texte de Laurence Gallant

La porte-parole de la STQ, Maryse Brodeur, mentionne que la Société prévoit se pencher sur différents scénarios pour remplacer le navire:

Le directeur général du traversier N.M. Trans-Saint-Laurent, Serge-Martin Denis, mentionne également que la STQ tiendra une consultation avec différents acteurs de la région, en vue de la construction d'un nouveau traversier.

Serge-Martin Denis affirme que les résultats de cette consultation sont attendus pour l'automne prochain.

Le N.M. Trans-Saint-Laurent, qui assure la traverse entre Saint-Siméon et Rivière-du-Loup, a été construit en 1963. Le contrat de la compagnie Clarke Transports, propriétaire du traversier, prendra d'ailleurs fin en 2022.

12 mois par année

Un nouveau traversier permettrait d'avoir un service toute l'année entre Saint-Siméon et Rivière-du-Loup. Un désir partagé par plusieurs élus de la région. Actuellement, du début janvier jusqu'en avril, la rive nord est coupée de la rive sud.

Au mois de mai 2015, les maires de Saint-Siméon, Sylvain Tremblay, et de Rivière-du-Loup, Gaétan Gamache, ont obtenu les conclusions d'une étude qui révélait qu'un service de traversier à l'année serait économiquement viable.

D'après l'étude menée par la firme Les Conseillers ADEC inc., un service 12 mois par année permettrait d'attirer près de 18 000 nouveaux passagers annuellement.

La firme estime qu'une telle prolongation permettrait des gains en temps et en distance de 7,7 millions de dollars sur un horizon de 10 ans. Sans compter les avantages indirects comme les dépenses des visiteurs dans les commerces locaux estimés à environ 1,4 million de dollars de plus.

Selon Gaétan Gamache, l'éventuelle consultation de la STQ permettra aux participants de dire ce qu'ils aimeraient retrouver dans un nouveau traversier.

Pour le maire, il est impératif que le bateau qui remplacera le N.M. Trans Saint-Laurent soit propulsé par du gaz naturel liquéfié.

D'après les informations de Patrick Bergeron.

Plus d'articles

Commentaires

Vidéo du jour


Une caméra de sécurité montre quelque chose d'extraordinaire





Rabais de la semaine