Retour

Nouvelle suspension de la mairesse de Chandler

La mairesse de Chandler, Louisette Langlois, est suspendue une deuxième fois, par la Commission municipale du Québec. La suspension de 45 jours, qui sera effective à compter du 3 octobre prochain, concerne des faits qui se sont déroulés en 2012.

Dans sa décision, la Commission juge que la mairesse a notamment contrevenu à l'article 5 du Code d'éthique et de déontologie à l'intention des élus de la ville de Chandler, en ayant participé aux discussions avec les conseillers et voté pour la destitution du directeur de l'urbanisme de la ville, Philippe Berger. Mme Langlois aurait aussi omis de divulguer ses intérêts personnels dans ce dossier.

Trois plaintes et 10 manquements

La Commission municipale du Québec a été saisie en mars 2013 de trois plaintes au sujet de 10 manquements allégués à l'endroit de la mairesse Louisette Langlois.

La première plainte concernant les communications et le rôle de Mme Langlois à l'égard du fonds de relance économique de la municipalité, dans le cadre du transfert des actifs de Papiers Gaspésia. Les juges de la Commission n'ont pas retenu cette plainte, ni les deux manquements associés.

Mme Langlois devait aussi répondre de ses interventions dans les modifications à un certificat d'autorisation d'un commerce. Cette plainte et les trois manquements n'ont pas été retenus. En ce qui a trait à la troisième plainte au sujet de la fin d'emploi de M. Berger, un seul des quatre manquements allégués a été retenu.

Louisette Langlois avait aussi été suspendue à la mi-mai, pour 30 jours.  On lui reprochait alors d'avoir demandé au trésorier d'ajouter 135 000 $ aux prévisions budgétaires 2014 et de ne pas avoir respecté pour ce faire la « ligne hiérarchique au sein de la Ville »

Plus d'articles

Commentaires

Vidéo du jour


Un avion s'écrase dans un arbre





Rabais de la semaine