Retour

Nouvelle taxe demandée pour aider à sauver les chiens et les chats

Des élus de la région de Rivière-du-Loup demandent au gouvernement du Québec d'imposer une nouvelle taxe provinciale sur la nourriture et les articles pour chats et chiens. Les sommes amassées seraient redistribuées aux municipalités afin de les aider à mettre en place et assurer la pérennité des installations de protection des animaux.

Depuis quelques années, des résidents de Rivière-du-Loup tentent de mettre sur pied un bureau de la Société protectrice des animaux (SPA). La municipalité leur a d'ailleurs offert un terrain dans le parc industriel.

Mais avant de démarrer les travaux, les promoteurs souhaitent obtenir une aide récurrente des différentes villes qui seraient desservies.

Le coût annuel des opérations d'un tel bureau de la SPA est évalué à environ 300 000 dollars.

« C'est sûr que juste nous avec les opérations on ne réussit pas à couvrir toutes nos dépenses, alors il faut vraiment y aller avec une quote-part et le montant des licences annuelles », précise la porte-parole du projet de la SPA, Cynthia Thériault.

« Si le gouvernement du Québec ne répond pas à ses propres attentes en trouvant des façons d'accompagner notre propre financement, alors on va avoir beaucoup de difficulté à accompagner la réalisation de ce projet-là », prévient le préfet de la MRC de Rivière-du-Loup, Michel Lagacé.

« Actuellement les communautés locales tiennent à bout de bras beaucoup de services et en rajouter un autre nous semble périlleux à ce moment-ci », estime Michel Lagacé

Il faut dire qu'il y a trois ans, le gouvernement du Québec a modifié son règlement sur la sécurité et le bien-être des chats et des chiens. Et selon les élus municipaux, ces changements entraînent de nouveaux coûts pour les villes.

La nouvelle taxe, c'est pour bientôt?

Les principaux intéressés, les propriétaires de chats et de chiens, sont divisés sur cette éventuelle taxe. D'autant plus que le prix de vente de la nourriture pour animaux est en hausse depuis quelque temps

Les discussions concernant cette nouvelle taxe se poursuivront au Bas-Saint-Laurent au cours des prochaines semaines. Le sujet sera abordé lors d'une réunion entre les préfets de la région.

Les élus de la MRC de Rivière-du-Loup espèrent que leur proposition sera appuyée par l'Union des municipalités du Québec et la Fédération québécoise des municipalités.

D'après les informations de Patrick Bergeron

Plus d'articles

Commentaires