Retour

Old Harry : les permis terre-neuviens de Corridor Resources sont renouvelés

Corridor Resources obtient une prolongation de quatre ans à son permis d'exploration pétrolière pour le gisement Old Harry, dans le golfe Saint-Laurent. Le permis actuel expirait le 14 janvier 2017.

Corridor Resources avait déjà bénéficié d'un prolongement d'un an, alors qu'initialement son permis venait à échéance en janvier 2016.

Aucun forage n'a encore eu lieu en mer sur le site d'Old Harry, situé entre Terre-Neuve et les Îles-de-la-Madeleine. Corridor Resources possède aussi deux permis du côté québécois d'Old Harry, touché toutefois par un moratoire.

Néanmoins, les étapes en vue de l'exploitation du gisement sont loin d'être terminées. L'évaluation environnementale n'a même pas débuté et aucun forage ne pourra avoir lieu avant que l'office des hydrocarbures donne son aval.

Déception pour les groupes de défense de l'environnement

La décision déçoit Karel Mayrand, directeur de la section Québec de la Fondation David Susuki. Selon M. Mayrand, cette décision fait peser à nouveau l'incertitude sur la protection du golfe Saint-Laurent. « On fait durer une situation à laquelle on aurait pu mettre un terme, dire tout simplement peut-être qu'il faut oublier la question du golfe Saint-Laurent », commente M. Mayrand.

Ce dernier rappelle que Corridor n'a jamais été en mesure d'effectuer des travaux et selon lui, la compagnie a démontré qu'elle n'avait pas la capacité financière d'aller de l'avant.

M. Mayrand souligne aussi que l'Office n'a pas non plus réalisé de consultations auprès de la population, notamment auprès des communautés autochtones.

« D'une certaine façon, poursuit le porte-parole de la Fondation David Susuki, l'Office se traîne les pieds, Corridor ne réussit pas à aller chercher le financement. Il y a une drôle de danse qui se fait entre Corridor et l'Office depuis des années et tout ça pour garder sous respirateur artificiel des permis et les activités d'une seule compagnie dans le golfe Saint-Laurent et ne pas s'exposer à des poursuites. »

Le potentiel du gisement n'a donc jamais été vraiment validé par une exploration. « On se doute, poursuit M. Mayrand, que le potentiel est faible, c'est pour cela que les grandes compagnies ne sont pas là. Elles considèrent aussi que l'incertitude sur l'instabilité sociale est trop grande pour aller explorer là. »

La proposition de renouvellement de permis sera publiée dans la Gazette du Canada le 17 septembre. Elle devra par la suite être approuvée par les ministres fédéral et terre-neuvien des Ressources naturelles.

La Fondation souhaite donc que le renouvellement ne soit pas entériné par les gouvernements en cause et rappelle les intentions du gouvernement fédéral de créer une aire marine protégée dans le golfe.

Plus d'articles

Commentaires