Retour

Parc éolien Nicolas-Riou : entre doute et approbation

Une soixantaine de personnes étaient présentes mercredi soir à Saint-Mathieu-de-Rioux pour la deuxième partie de l'audience publique relativement au projet de parc éolien Nicolas-Riou. Un clivage semble s'installer entre les citoyens de Saint-Mathieu-de-Rioux et ceux des alentours, alors que les uns désirent préserver le territoire et les autres voient le développement éolien comme une nécessité économique.

Une pétition de 380 noms de personnes favorables au projet éolien a été déposée. La pétition a été instiguée par le « Regroupement citoyen des Basques », un nouveau groupe qui prétend avoir recueilli ces signatures en moins d'une semaine dans cinq municipalités du secteur, dont Saint-Médard, Sainte-Françoise et Saint-Jean-de-Dieu.

Les gens favorables au projet prônent le développement économique de leur secteur, une solution qui pourrait contrebalancer la diminution et le vieillissement de leur population, et leur revenu inférieur à la moyenne québécoise.

En plus des redevances promises aux municipalités concernées, 400 emplois seraient créés durant la construction. Cinq à dix employés seraient nécessaires une fois le projet terminé. La porte-parole du regroupement citoyen des Basques, Nadine Ouellet, a affirmé devant le BAPE que la région n'avait pas le droit de tourner le dos à ce vaste projet économique :

L'éolien au détriment du plein air?

Un autre groupe a été créé dans la foulée du développement de ce projet : le « Collectif de citoyens de Saint-Mathieu-de-Rioux ». Il a déposé un mémoire pour exprimer son opposition à ce projet éolien. Pour son porte-parole, Bernard Vachon, un parc éolien est incompatible avec le nouveau développement d'une économie basée sur les activités récréotouristiques à Saint-Mathieu-de-Rioux.

À l'opposé, l'un des promoteurs du parc éolien, la compagnie « EDF énergies nouvelles Canada », estime que la présence d'éoliennes n'empêchera pas la poursuite et le développement de la chasse, de la pêche et des activités de plein air.

D'après les informations de Denis Leduc

Plus d'articles

Commentaires