Retour

Parc éolien Nicolas-Riou: « un projet structurant, mais dérangeant et diviseur »

L'essentiel du projet de parc éolien Nicolas-Riou se déploiera à proximité ou sur le territoire de la municipalité de Saint-Mathieu-de-Rioux dans les Basques et, si le projet se réalise, son maire  Yvon Ouellet, veut que les choses se fassent correctement. 

Le maire Ouellet était du nombre des quelques 75 personnes qui ont pris part, mardi après-midi, à la deuxième journée des consultations menées par le Bureau d'audiences publiques sur l'environnement, le BAPE, sur ce projet de 68 éoliennes de 3,3 MW chacune.

Le conseil municipal que dirige monsieur Ouellet avait fixé des conditions strictes au promoteur pour appuyer le projet notamment celle qu'aucune éolienne ne soit visible du village et du secteur du Lac Saint-Mathieu où la municipalité mise sur le développement d'activités récréo-touristiques.

Le maire Ouellet dit que l'on ne peut être catégoriquement pour ou catégoriquement contre ce projet, mais qu'il faut l'évaluer sérieusement. 

Le début des consultations

Lundi soir, une centaine de personnes ont assisté à la première journée des audiences du BAPE. Plusieurs y ont exprimé leurs craintes quant aux impacts du projet sur la flore et la faune du secteur, mais aussi leurs inquiétudes sur les aspects visuels et sonores. D'autres ont remis en cause l'importance des retombées économiques locales promises par les promoteurs. 

Les promoteurs

Les promoteurs ont quant à eux vanté les mérites de leur projet. Le préfet de la MRC de Rivière-du-Loup, Michel Lagacé, a rappelé qu'il s'agit du plus important partenariat public-privé du secteur éolien au Québec. L'équivalent d'Hydro-Québec en France, la compagnie EDF, contrôle 50 pour cent du projet et l'autre 50 pour cent est la propriété de municipalités du Bas-Saint-Laurent et de la Gaspésie de même que de la communauté Malécite de Viger. 

La construction du parc coûtera un demi-milliard de dollars et il rapportera, en dividendes et en profits, quelques 6,6 millions de dollars par année aux municipalités locales. 

Plus d'articles

Commentaires