Retour

Pas de chasse à la tourterelle dans l'est du Bas-Saint-Laurent

Ottawa pourrait autoriser la chasse saisonnière à la tourterelle triste dans diverses régions du Québec, mais pas dans l'est du Bas-Saint-Laurent. Le Club d'ornithologie du Bas-Saint-Laurent se dit satisfait de cette décision.

Un texte de Richard Lavoie

Selon le projet à l'étude, il y aurait chasse autorisée jusqu'à Rivière-du-Loup seulement.

« Il faut savoir que la tourterelle triste, c'est l'espèce la plus abattue aux États-Unis. Mais, dans la région, les populations sont surtout présentes en milieu urbain. On n'est pas un milieu agricole fort, ça fait que ce n'est pas vraiment une bonne idée d'ouvrir la chasse dans cette région-ci », plaide le vice-président du club, Jean-Pierre Lebel.

Le Club d'ornithologie du Bas-Saint-Laurent a d'ailleurs transmis un avis négatif lors de la consultation menée l'an dernier.

Jean-Pierre Lebel rappelle que la tourterelle triste est présente dans la région depuis peu, soit la fin des années 70. « Avant, c'était très peu abondant ». Nouvellement arrivée, la tourterelle a été amenée par la modification de son habitat, selon Jean-Pierre Lebel.

Pas de surabondance

Selon lui, il n'y pas de concentrations comme on peut en voir dans les zones de culture de maïs par exemple. « Ce n'est pas une zone de migration, c'est surtout une zone d'hibernement », explique le vice-président du club bas-laurentien.

Jean-Pierre Lebel affirme que son organisme n'est pas réfractaire à la chasse, mais qu'il faut tenir compte « des densités et des localisations de l'oiseau ». « Ici il n'y a pas surabondance », croit l'ornithologue.

Il rappelle d'ailleurs que le débat sur l'ouverture d'une telle chasse à la tourterelle a déjà été fait au niveau provincial du temps que lui-même était biologiste pour le ministère Loisir, Chasse et Pêche. « La réponse avait été non », se souvient-il.

Plus d'articles