Les écoles de Chute-aux-Outardes et de Ragueneau mettent des vélos-pupitres actifs à la disposition des élèves pour les aider à se concentrer et à diminuer leur anxiété.

Un texte de Vincent Larin et de Marlène Joseph-Blais

Les écoles Richard et Sainte-Marie, situées dans des milieux défavorisés, regroupent 163 élèves et une forte proportion d'entre eux sont aux prises avec une difficulté d'adaptation ou un trouble d'apprentissage reconnu.

La Commission scolaire a acquis 13 vélos-pupitres actifs dans le but de les aider à se concentre en classe. Cinq seront installés à Chute-aux-Outardes et cinq autres à Ragueneau.

Trois vélos seront à la disposition d'autres écoles primaires qui voudront tenter l'expérience.

« Je reste là, je fais un petit numéro. Je recommence à bouger, j'arrête un petit peu. Et je bouge beaucoup. Des fois, je tasse ma chaise, ma chaise tombe par terre! » s'exclame Tamara Gagnon, une élève de 5e année à l'École Richard.

« [Les vélos-pupitres] ne sont pas bruyants, donc ça ne dérange pas le reste de la classe », explique le directeur des écoles Richard et Sainte-Marie, Steve Ahern.

Selon les besoins

Les vélos suivront les enfants qui en ont le plus besoin, explique l'agente de réadaptation à la Commission scolaire de l'Estuaire, Liette Plante. 

« Un enfant qui va être lunatique, ça va l'amener à plus se concentrer. Un enfant qui va être anxieux, ça va l'amener à libérer son anxiété. Un enfant qui a besoin de bouger, bien il va bouger tout en écoutant son enseignante », précise Liette Plante.

Ce projet d'environ 20 000 $ est entièrement financé par des partenaires.

Plus d'articles