Retour

Pétrolia à Anticosti : le calendrier des travaux sur l'île

Pétrolia prévoit effectuer trois forages avec fracturation hydraulique l'été prochain, si elle obtient le certificat d'autorisation du ministère de l'Environnement. Mais quelles sont les prochaines étapes dans ce dossier? 

Un texte d'Evelyne Côté

De février à avril : attente d'une réponse

Pétrolia compte déposer sa demande de certificat d'autorisation au début de février, qui comprend, entre autres, le plan et devis du projet, les programmes de forage, un plan de mesures d'urgence et le résumé de la consultation publique, qui s'est déroulée jeudi dernier à Port-Menier.

Le ministère de l'Environnement dispose ensuite d'une période de 75 jours pour répondre à sa demande.

Toutefois, le gouvernement Couillard est frileux envers le projet d'exploration et d'exploitation des hydrocarbures sur l'île même si une entente signée en 2014 le lie à la compagnie. À la Conférence sur les changements climatiques à Paris en décembre dernier, le premier ministre Philippe Couillard avait condamné le projet et s'en était vigoureusement dissocié. 

Avril : début des travaux

La pétrolière espère obtenir une réponse en avril afin d'entamer sa deuxième et dernière phase des travaux exploratoires sur l'île.

Elle a déterminé les trois sites de forage à la suite des 12 sondages stratigraphiques qui ont été effectués en 2014 et 2015 pour connaître la formation de Mcasty, la roche-mère de l'île.

Selon le document de consultation de Pétrolia, cette dernière compte ouvrir à la fin avril la route transanticostienne, qui traverse d'ouest en est Anticosti, une île 17 fois plus grande que celle de Montréal. Cette étape permettra de préparer le terrain en vue des trois forages.

Juin à août : les forages

Les forages débuteront en juin au premier site baptisé Canard, situé à 18 km de la route transanticostienne, celui qui est le plus à l'ouest de l'île.

La compagnie sous-traitante de Pétrolia déménagera ensuite ses équipements pour forer un deuxième puits en juillet au site La Loutre et un troisième en août au site Jupiter. Le temps estimé pour chaque forage est de 38 jours.

Septembre : la fracturation hydraulique

Après les puits forés, des tests de production seront réalisés pour connaître le réel potentiel de pétrole et de gaz naturel dans le sol anticostien avec la fracturation hydraulique.

Des bassins de 15 000 mètres cubes d'eau seront aménagés pour contenir l'eau utilisée pour ces travaux.

Trois rivières permettront d'alimenter en eau les bassins :

  • La rivière Sainte-Marie : site Canard
  • La rivière au Fusil : site La Loutre
  • La rivière Jupiter : site Jupiter

Au début des travaux de fracturation, 140 travailleurs seront à pied d'œuvre. Cette technique consiste à injecter un fluide, composé à 90 % d'eau, 9,4 % de sable et 0,6 % d'additifs, afin de fissurer la roche et d'en extraire des hydrocarbures.

Le pdg de Pétrolia, Alexandre Gagnon, précise que le contrat sera octroyé à l'une des trois compagnies spécialisées dans le domaine, soit Halliburton, Baker et Schlumberger. « Notre travail comme opérateur, c'est de sélectionner la meilleure compagnie avec le meilleur programme pour faire cette exécution de travaux de fracturation », souligne Alexandre Gagnon.

Les tests permettront aussi d'évaluer la rentabilité du projet à long terme dont la production ne débuterait qu'en 2020. 

Plus d'articles

Commentaires

Vidéo du jour


Un enfant impressionne à la batterie dans le métro de New York





Rabais de la semaine