Retour

Placement des travailleurs : la CAQ veut une commission parlementaire

Le député de la Coalition avenir Québec (CAQ), Marc Picard, demande la tenue d'une commission parlementaire sur les nouvelles règles de placement des travailleurs dans l'industrie de la construction.

La CAQ estime que le carnet de référencement de la Commission de la construction du Québec est inefficace. En 2015, seulement 6 % des travailleurs de cette industrie se sont trouvé un emploi à partir du système de référencement.

« Plusieurs travailleurs de la construction que j'ai rencontrés continuent d'être exclus de chantiers sur la base de l'allégeance syndicale », affirme le porte-parole caquiste en matière de travail, Marc Picard.

Le gouvernement à la défense du carnet

Pour sa part, la ministre du Travail, Dominique Vien, rétorque que le projet de loi 33, qui mettait fin au placement syndical, a été adopté à l'unanimité à l'Assemblée nationale en 2013.

Elle défend le carnet de la CCQ. « C'est l'employeur qui décide qui travaille sur son chantier et du nombre de travailleurs dont il a besoin, dit-elle. Il ne se fait plus imposer ni le nom d'un travailleur ni le nombre ».

Jeudi, le représentant syndical de la FTQ-Construction sur la Côte-Nord, Bernard « Rambo » Gauthier, a affirmé que plusieurs entrepreneurs contournent le nouveau système et tentent de faire appel directement aux syndicats pour leurs besoins de main-d'œuvre.

Plus d'articles

Commentaires