Retour

Plaidoiries au procès de Roger Lévesque à Rivière-du-Loup

Les plaidoiries au procès de Roger Lévesque, accusé de contacts sexuels et d'agression sexuelle sur une personne de moins de 16 ans, ont commencé jeudi au palais de justice de Rivière-du-Loup. 

Mercredi, l'avocat de Roger Lévesque a fait entendre trois témoins, dont l'accusé. Durant son témoignage, Roger Lévesque a nié avoir commis des gestes à caractère sexuel sur la présumée victime. Il a confirmé qu'entre juillet 2014 et avril 2015 celle-ci dormait chez lui cinq nuits par semaine. Il a ensuite affirmé ne l'avoir jamais obligée à coucher dans son lit et qu'elle était libre de choisir où elle voulait dormir.

En contre-interrogatoire, il a déclaré qu'il n'y avait rien de mal à dormir dans le même lit qu'un enfant, alors qu'il venait tout juste de reconnaître sa culpabilité pour attouchements sexuels sur un enfant, à New Richmond, dans des circonstances similaires. La procureure a également interrogé Roger Lévesque sur le fait qu'il achetait beaucoup de cadeaux à la présumée victime. Il lui aurait donné une console de jeux vidéo, un équipement de gardien de but et des vêtements de motoneige et de chasse.

Rapelons qu'un des neveux de l'accusé est également venu témoigner d'un incident survenu en mars 2015. Lors d'une rencontre avec la présumée victime, le neveu aurait évoqué la possibilité que Roger Lévesque vende un de ses véhicules tout-terrain. Ne voulant pas que M. Lévesque vende le véhicule auquel elle avait accès, la présumée victime aurait menacé de révéler qu'elle et Roger Lévesque dormaient dans le même lit et qu'elle avait subi des attouchements de la part de l'accusé.

À ce moment, le neveu lui aurait demandé si les gestes avaient réellement été commis. La victime lui aurait répondu que l'accusé ne lui avait jamais fait d'attouchements.
En contre-interrogatoire, la procureure de la Couronne a tenté de miner la crédibilité du neveu de Roger Lévesque en confirmant qu'il avait eu de nombreuses condamnations au cours des dernières années.

Du côté de la procureure de la Couronne, la preuve a été conclue mardi, en fin d'après-midi. Les témoignages de deux des trois témoins se sont déroulés à huis clos.

Plus d'articles