Retour

Plainte aux Îles pour lobbyisme illégal : le principal intéressé dit avoir respecté les règles

Le directeur de l'Association des chasseurs de phoques des Îles-de-la-Madeleine, Gil Thériault dit avoir été surpris de la plainte de Coalition Avenir Québec au commissaire au lobbyisme. Le chasseur et homme d'affaires dit n'avoir rien à se reprocher. 

Un texte de Jean-François Deschênes

Le directeur des chasseurs de phoques des Îles-de-la-Madeleine, Gil Thériault, reconnaît avoir rencontré des ministres, des employés politiques et des fonctionnaires au fil des ans, au sujet des activités visées par la plainte du député de la CAQ, Donald Martel.

La lettre demande au commissaire au lobbyisme d'enquêter sur des « activités de lobbyisme illégales » qui aurait été faites par Gil Thériault. Le député caquiste fait mention du « changement de statut de la réserve de l'Île-Brion, de la chasse aux phoques, ainsi que du financement gouvernemental d'un projet d'usine de l'entreprise Total Océan. »

En plus de la chasse aux phoques, le Madelinot est administrateur de Total Océan, une entreprise qui veut produire des oméga-3 à partir de l'animal.

Gil Thériault a été d'autant plus surpris par la plainte qu'il affirme avoir reçu la consigne du bureau du commissaire au lobbyisme qu'il n'avait pas besoin de s'inscrire au registre, parce que ce n'était pas son activité principale. « C'est pas selon moi. C'est selon le commissaire au lobbyisme, je n'avais pas à m'inscrire pour faire ça. »

Gil Thériault assure qu'il s'inscrira s'il faut le faire.

Député libéral

Donald Martel suggère aussi au commissaire de se prononcer sur le rôle du député libéral des Îles-de-la-Madeleine, Germain Chevarie, qui selon lui, aurait « joué un rôle dans l'agencement des agendas ».

Le député caquiste est aussi d'avis que l'élu aurait dû s'assurer que les intervenants dans ce dossier soient inscrits au registre, d'autant plus que Gil Thériaul a été un de ses attachés politiques par le passé.

« Mon personnel a été formé de façon générale » répond le député, qui dit n'avoir rien à se reprocher.

Plainte

M. Martel précise qu'il n'est pas contre le projet de Total Océan, mais ajoute qu'il a fait son devoir de député en adressant une plainte. « L'information que j'ai, M. Thériault a rencontré des députés, entres autres le ministre de l'Agriculture, le ministre de la Stratégie maritime, le ministre de l'Environnement. »

Commissaire au lobbyiste

Au bureau du commissaire, on confirme avoir reçu la lettre et qu'elle est en traitement. Le responsable des communications refuse d'en dire plus sur le dossier et rappelle que les intervenants peuvent se référer à la Loi sur la transparence et l'éthique en matière de Lobbyisme.

Le commissaire prend au sérieux l'activité de lobbyiste. Quiconque est reconnu coupable s'expose à des amendes variant entre 500 $ et 25 000 $

Plus d'articles

Commentaires