Retour

Plus touchée par le suicide, la région Gaspésie - les Îles est moins pourvue en ressources

Alors que la région de la Gaspésie - Îles-de-la-Madeleine se situe au deuxième rang des régions les plus touchées par le suicide au Québec, elle se trouve parmi les plus démunies pour prévenir le phénomène.

C’est le constat que livre le directeur général du Centre de prévention du suicide et d’intervention de crise du Bas-Saint-Laurent - Gaspésie - Les Îles, Louis-Marie Bédard.

Il précise qu’on recense une vingtaine de suicides par année en Gaspésie et aux Îles. « C’est beaucoup parce qu’au prorata de la population, on arrive à 18,3 personnes pour 100 000 habitants », commente-t-il. M. Bédard mentionne que 80 % des suicides sont commis par des hommes.

« Et là, ajoute-t-il, on ne parle pas des tentatives non répertoriées. L’acte de suicide est un drame en soi, mais la tentative aussi peut ravager une famille et ça, c’est épouvantable. »

Assurant que la Gaspésie et les Îles sont bel et bien desservies par le Centre de prévention du Bas-Saint-Laurent, entre autres avec la ligne 1-800-866 APPELLE, M. Bédard explique que les Gaspésiens en détresse manquent tout de même de services.

« Au Bas-Saint-Laurent, on offre de l’hébergement 24 heures sur 24 en situation de crise, dit-il. Mais en Gaspésie, est-ce qu’on donne du suivi après une tentative de suicide ou auprès des personnes à risques? Est-ce qu’il y a quelqu’un pour se rendre auprès de la famille après un suicide? On retrouve pourtant ces services dans les autres régions. »

« Au Centre de prévention du Bas-Saint-Laurent, on les connaît les mesures efficaces, affirme-t-il. Nos travailleurs sont spécialisés. Ils ne font que ça. Avec la ligne téléphonique, on est témoins de plusieurs drames en Gaspésie. »

M. Bédard mentionne par ailleurs qu’il y a six centres de prévention du suicide en Abitibi.

Pas la faute du réseau de la santé

Selon lui, l’absence de centre de prévention en Gaspésie n’est pas la faute du gouvernement ou du réseau de la santé.

« Pour avoir accès à un centre de prévention, il faut qu’une population se mobilise pour le demander, ajoute M. Bédard. Dans ce temps-là, la patate chaude revient au gouvernement et le CISSS n’a pas le choix de le mettre en place. Appelez-nous et on va vous donner des indicateurs. On va vous expliquer comment communiquer avec le réseau de la santé », invite-t-il.

Louis-Marie Bédard se dit inquiet pour les Gaspésiens. « Chaque année, le réseau de la santé nous laisse dans le doute quant à la reconduction de l’entente en vertu de laquelle la Gaspésie a accès à la ligne 1-866-APPELLE », déplore-t-il.

Une randonnée à vélo pour sensibiliser la population

Le Gaspésien Cédric Boilard, dont le frère s’est suicidé, a décidé de prendre le taureau par les cornes. Il a organisé le Défi On roule pour toi, une randonnée à vélo qui doit débuter jeudi matin. Une quinzaine de cyclistes vont parcourir 600 kilomètres entre Lévis et New Richmond pour sensibiliser la population à cette cause.

Il visitera des écoles de la région et parlera aux jeunes de l’importance de prendre soin de soi.

Le CISSS de la Gaspésie et des îles n'a pas encore rappelé.

Plus d'articles

Commentaires

Vidéo du jour


Une caméra de sécurité montre quelque chose d'extraordinaire





Rabais de la semaine