Retour

Plusieurs oiseaux migrateurs s’attardent plus longtemps sur la Côte-Nord

Le Club d'ornithologie de la Côte-Nord vient de participer à un grand recensement d'oiseaux pour mettre à jour une des plus grandes banques de données au monde. Il a d'ailleurs pu observer certains changements de comportement, notamment chez les oiseaux migrateurs.

Un recensement d’oiseaux de Noël à Baie-Comeau, à Sept-Îles et en Minganie a permis au Club d’ornithologie de la Côte-Nord d’observer la présence de canards noirs, de fuligules milouinans – une espèce de canards plongeurs – et de plongeons huards. Ces espèces quittent la Côte-Nord plus tôt dans la saison, en temps normal.

Ça fait plusieurs années qu’on voit que les migrateurs s’attardent plus longtemps dans nos régions.

Christophe Budin, président du Club d'ornithologie de la Côte-Nord

L’observation de la population des oiseaux est un « indicateur important de notre environnement », souligne le président du Club, Christophe Budin.

D’après lui, au Québec et sur la Côte-Nord, on peut observer au total près de 200 espèces, qui ont toutes des niches écologiques distinctes. « En les suivant, on a une bonne idée de ce qui se passe », affirme-t-il.

Peu de fruits dans les arbres

Le club d’ornithologie a recensé, dans les derniers jours, la présence de 27 espèces d’oiseaux, ce qui constitue un « petit hiver », selon le président du Club, Christophe Budin.

Cet hiver, c’est particulier, ça arrive régulièrement, mais on est vraiment dans une faible abondance de fruits, peu de cônes dans les épinettes, par exemple.

Christophe Budin, président du Club d'ornithologie de la Côte-Nord

Le peu de nourriture dans les arbres pour plusieurs espèces d’oiseaux les a amenés à se déplacer dans d’autres régions.

« Il y a beaucoup d’espèces comme les jaseurs boréaux, normalement, on a ça à Sept-Îles tous les hivers, mais cette année, au recensement des oiseaux de Noël, on n’en a pas eu du tout », explique-t-il.

Le recensement nord-côtier a fourni des données au regroupement QuébecOiseaux, qui possède l’une des plus grandes banques de données sur les oiseaux au monde, basée à Rimouski.

Plus d'articles

Commentaires