Retour

Policiers et femmes autochtones : le cas de Uashat- Maliotenam

Le témoignage troublant de femmes autochtones de Val-d'Or, qui dénoncent notamment des cas d'agression sexuelle, d'abus de pouvoir et d'intimidation dont elles auraient été victimes de la part de policiers de la Sûreté du Québec (SQ), suscite des réactions sur la Côte-Nord. Qu'en est-il au sein de la communauté de Uashat-Maliotenam? 

Dans cette communauté, c'est une police innue qui assure la sécurité des résidents. La SQ a dû intervenir dans certains cas plus graves, mais au quotidien, ce sont des agents innus qui patrouillent et entrent en contact avec le public.

Selon la technicienne en éducation spécialisée au Cégep de Sept-Îles, Marie McKenzie, la présence de policiers innus diminuerait les tensions.

Des policiers qui seraient mieux outillés

Marie McKenzie estime que les policiers autochtones sont plus sensibilisés aux enjeux des communautés des Premières Nations. 

« Dans leur formation, c'est sûr qu'ils doivent apprendre des choses sur les réalités de nos communautés, croit-elle. Ils ont vécu certaines affaires, alors c'est sûr qu'ils sont mieux outillés pour faire des interventions en milieu autochtone. »

Des femmes de la communauté innue avec qui Radio-Canada s'est entretenue se réjouissent du courage de ces femmes autochtones de Val-d'Or et de leurs dénonciations.

Elles espèrent que leur témoignage encouragera d'autres femmes qui sont victimes d'abus à briser le silence.

D'après les informations de Katy Larouche

Plus d'articles

Commentaires

Vidéo du jour


Un avion s'écrase dans un arbre





Rabais de la semaine