Retour

Possible découverte d'une épave de plus de 300 ans dans le secteur de Pointe-Lebel

Des archéologues de l'Université de Montréal et des plongeurs de la Côte-Nord auraient découvert l'épave présumée du navire marchand Sainte-Anne, qui a coulé dans les eaux du Saint-Laurent en 1704. Des analyses seront effectuées cet été, dans le secteur de Pointe-Lebel, afin de déterminer s'il s'agit bien des vestiges de ce bateau.

Un texte de Diana Gonzalez

Le projet de repérage et d'étude des épaves qui ont sombré dans le Saint-Laurent se poursuit pour une deuxième année d'affilée dans la Manicouagan. Cet été, la principale mission de l'équipe, en collaboration avec l'organisme régional Archéo-Mamu, sera de déterminer si l'une des épaves retrouvées est celle du Sainte-Anne.

Des échantillons de bois d'une partie de la coque du navire, une structure de près de 20 mètres de long, seront analysés afin d'identifier l'origine de l'essence utilisée pour le construire. « Si c'est une essence européenne, on pourrait peut-être confirmer qu'il s'agit du Sainte-Anne », explique le chercheur en archéologie de l'Université de Montréal et chargé du projet, Vincent Delmas.

Le navire Sainte-Anne jouait un rôle important dans le commerce triangulaire entre la France et ses colonies. Le Sainte-Anne se serait échoué près de Pointe-Paradis, dans le secteur de Pointe-Lebel, lorsqu'il transportait une cargaison de fourrure. Le navire français récupérait des marchandises en Nouvelle-France. Il effectuait aussi des voyages dans les Antilles.

Des recherches seront aussi effectuées à Baie-Trinité et Pointe-aux-Anglais afin de documenter des épaves retrouvées dans ces secteurs.

Plus d'articles

Commentaires

Vidéo du jour


Une caméra de sécurité montre quelque chose d'extraordinaire





Rabais de la semaine