Retour

Pourrait-on accueillir des réfugiés syriens dans l'Est? 

Pour la directrice de l'organisme Accueil et Intégration Bas-Saint-Laurent, Mahnaz Fozi, la région a toutes les ressources nécessaires pour accueillir des réfugiés syriens.

Le nouveau premier ministre du Canada, Justin Trudeau, a promis de recevoir 25 000 réfugiés syriens, 3500 au Québec. Mahnaz Fozi admet que l'accueil de réfugiés nécessite davantage d'encadrement, mais croit que des villes comme Rivière-du-Loup, Rimouski et Matane seraient en mesure de recevoir des familles.

La douzaine de villes ciblées pour l'accueil des réfugiés syriens sont situées dans l'ouest du Québec et elles vont bénéficier de l'aide gouvernementale, ce qui n'est pas le cas pour les municipalités de l'est. Mme Fozi compte faire une demande formelle au ministère de l'Immigration pour accélérer le processus.

Une différence entre réfugiés et immigrants dits économiques

La chargée de projet du SANAM, Catherine Berger, explique qu'il faut faire la distinction entre les migrants réfugiés et les immigrants économiques.

Écouter ici l'entrevue réalisée par Yves Larouche, à l'émission « Bon pied bonne heure »

L'approche est tout à fait différente pour les réfugiés, ajoute Catherine Berger. Selon elle, les domaines de la santé et des services sociaux de même que les organismes communautaires, déjà affectés par les compressions, seraient très sollicités. Il faudrait intégrer de nouveaux élèves en pleine année scolaire. Elle mentionne aussi la barrière de la langue. Le milieu aurait besoin d'interprètes et de toutes sortes de ressources.

La volonté y est, mais c'est compliqué.

Catherine Berger rappelle qu'il y a, depuis plusieurs années, une volonté de « régionaliser » l'immigration, mais que dans les faits, très peu de personnes immigrantes se sont enracinées dans l'Est.

Plus d'articles

Commentaires

Vidéo du jour


Une caméra de sécurité montre quelque chose d'extraordinaire





Rabais de la semaine