Retour

Poursuite contre la Municipalité des Îles-de-la-Madeleine

Les propriétaires du phare de l'Anse-à-la-Cabane réclament 200 000 $ en dommage à la Municipalité des Îles-de-la-Madeleine. Ils allèguent qu'avant l'achat du phare, ils avaient obtenu l'engagement de la municipalité que le Chemin du Phare serait fermé à la circulation automobile, ce qui ne serait pas le cas.

Un texte de Jean-François Deschênes

En 2010, Pêches & Océans met en vente le phare de l'Anse-à-la-Cabane, situé sur l'île du Havre-Aubert, parce qu'inutilisé et non entretenu.

Trois ans plus tard, Pierre Lavallée et Louise Mercier achètent le phare ainsi que la maison du gardien, située tout près. Les nouveaux propriétaires investissent 500 000 $ pour déménager les bâtiments de l'autre côté du chemin du Phare et les rénover. Par la suite, cette petite route est fermée par la Municipalité de l'époque, à la demande des propriétaires qui veulent ainsi garantir leur quiétude.

L'ancien terrain du phare devenu libre intéresse la Corporation pour la Sauvegarde du Patrimoine des Îles qui veut y créer un parc. Il permettrait aux Madelinots et aux touristes en voiture et en autobus d'aller voir de près le phare historique.

Déplacement du chemin du Phare

En 2014, des citoyens la Corporation demandent à la nouvelle administration municipale de rouvrir le chemin et de faire des travaux pour le protéger de l'érosion des berges. Ces travaux impliquent le déplacement d'une portion du chemin sur une partie du terrain des nouveaux propriétaires.

Les propriétaires réclament alors l'arrêt de ces travaux et la municipalité entreprend les démarches légales d'expropriation de la partie du terrain réaménagée en chemin municipal.

Des rencontres seraient prévues entre les avocats des parties prochainement afin de discuter du dossier. Rien cependant n'exclut un procès. 

Selon les informations de Line Danis

Plus d'articles

Commentaires