Retour

Poursuite de Pétrolia : Couillard nie une possible ingérence gouvernementale

Le conflit juridique entre Pétrolia et le gouvernement du Québec a rebondi mardi à l'Assemblé nationale. Le premier ministre Philippe Couillard se défend de faire de l'ingérence dans les travaux de préparation des sites de forage sur l'île d'Anticosti. Les partis d'opposition dénoncent « l'hypocrisie » du gouvernement.

Un texte de Vincent Larin

Questionné sur le dossier, Philippe Couillard a été catégorique. « On accomplit le mandat gouvernemental d'appliquer les lois environnementales du Québec. Vous savez que je suis très préoccupé par nos milieux naturels, je l'ai dit à plusieurs reprises, on est très préoccupé par nos milieux naturels ».

Pétrolia poursuit le gouvernement du Québec dans le dossier de l'exploration pétrolière sur Anticosti. L'entreprise accuse le ministère de l'Environnement de retarder l'analyse d'une demande de modification du certificat d'autorisation environnementale pour un des sites de forage.

Réactions de l'opposition

Le chef du Parti québécois, Jean-François Lisée, croit que Philippe Couillard s'est placé dans une « situation extraordinairement vulnérable » parce qu'il a fait « des déclarations totales » contre le projet d'exploration des hydrocarbures à Anticosti.

Jean-François Lisée est revenu sur une déclaration du premier ministre en février. « Ils [les fonctionnaires] feront ce qu'on leur dira », affirmait Philippe Couillard au sujet des demandes d'autorisation pour les forages pétroliers de l'île d'Anticosti.

Le chef de l'opposition officielle insiste toutefois sur le fait « qu'un gouvernement a le droit de changer d'avis sur une politique publique et il doit être franc ». Il ajoute que « [un gouvernement peut] dire, on a changé d'avis, on ne veut plus faire Anticosti. Est-ce qu'on peut vous dédommager? Oui, merci ».

De son côté, le chef de la Coalition avenir Québec, François Legault, a dénoncé « l'hypocrisie » du gouvernement libéral.

« Ça fait longtemps qu'on n'a pas vu un gouvernement ne pas respecter un contrat signé par le gouvernement. On envoie un très mauvais message, pas seulement à Pétrolia, mais à tous les investisseurs du Québec » a-t-il déclaré. 

Le point de vue de la communauté de Mingan

La communauté innue de Mingan affirme ne pas avoir été consultée par Pétrolia au sujet de la modification du certificat d'autorisation environnementale pour un des sites de forage. L'avocat qui représente les Innus de Mingan sera présent jeudi à Québec lorsque la cour se penchera sur la poursuite de Pétrolia.

Par ailleurs, la communauté maintient sa demande d'injonction permanente pour faire annuler le certificat d'autorisation environnementale délivré par Québec le printemps dernier.

Plus d'articles