Retour

Première bougie pour le Réseau de protection animale de la Baie-des-Chaleurs

Au cours de la dernière année, plus d'une centaine d'animaux ont trouvé une nouvelle famille grâce au Réseau de protection animale de la Baie-des-Chaleurs. L'organisation vient de souffler sa première bougie... et probablement pas sa dernière, si on se fie au nombre de citoyens qui font appel à ses services.

C'est qu'auparavant, il n'existait aucun groupe formel de protection des animaux de compagnie en Gaspésie. Une dame de Maria, qui recueillait des chats errants, a fait un appel à tous il y a maintenant trois ans. Deux ans plus tard, le réseau de bénévoles qui s'étend de Bonaventure à Escuminac voyait le jour.

L'action du réseau repose sur des comités créés dans chaque municipalité et sur des familles d'accueil qui acceptent d'héberger un ou des animaux de compagnie, le temps de trouver un foyer d'adoption. Le bon fonctionnement du réseau repose entièrement sur les dons de la communauté.

Le réseau n'a ni téléphone ni local et communique avec ses membres et la population grâce à sa page Facebook.

Des besoins importants

L'organisme n'embauche aucun employé à temps plein et repose strictement sur l'engagement bénévole.

En quelques mois, Chantale Blais a recueilli des dizaines d'animaux en attendant de leur trouver une véritable famille. Elle a récemment recueilli une chatte sur le point de mettre bas. « Elle a accouché cinq jours après qu'on l'a eue. Il faisait -19 la nuit qu'elle a accouchée. Ça fait que ses bébés seraient déjà tous morts », raconte Mme Blais.

Chantale Blais héberge aussi des chats errants dans son garage puisqu'ils sont trop sauvages et craintifs pour être placés dans des familles. « Ils ne seraient tout simplement pas heureux, fait-elle valoir, ça fait qu'on cherche des fermiers qui veulent les prendre. On les stérilise puis on leur donne. »

Tout ce travail répond à un besoin important dans la communauté, souligne la trésorière du Réseau, Annie Côté. « Sans l'accès 2015-2016, on a placé un peu plus de 70 chats puis un peu plus de 20 chiens », précise Mme Côté.

Le Réseau ne veut pas vraiment s'étendre à toute la Gaspésie même si les responsables sont conscients des besoins qu'il y a aussi ailleurs.« Nous autres, on couvre juste la Baie-des-Chaleurs. On ne peut pas vraiment étendre parce qu'on a déjà trop de cas à gérer juste ici », constate Annie Côté.

Ultimement, l'organisation aimerait compter sur un revenu stable qui lui permettrait de fonder un véritable refuge.

Une organisation similaire, le Refuge de la Vallée de la Matapédia, a aussi vu le jour cet hiver dans la région. Le groupe de citoyens recueille présentement des fonds pour ouvrir un véritable refuge pour animaux.

Plus d'articles

Commentaires

Vidéo du jour


Une caméra de sécurité montre quelque chose d'extraordinaire





Rabais de la semaine