Retour

Priorités 2017 : 3 députés du Bas-Saint-Laurent et de la Gaspésie se prononcent

Plusieurs dossiers régionaux restent en suspens avec la fin de l'année 2016. Les hommes politiques de la région ont tous leurs priorités. Voici un aperçu des enjeux ciblés par quelques hommes politiques de la région.

Un texte de Richard Lavoie

Pour le député de Matane-Matapédia, Pascal Bérubé, l’année 2017 sera celle de la santé. Le député péquiste souhaite faire un état de situation dans la Matanie et dans la Matapédia.

Maintenant qu’il n’y plus de direction locale, qu’il n’y a plus de conseil d’administration bénévole, je vais faire appel aux professionnels de la santé, aux usagers, aux spécialistes pour déterminer qu’est-ce qu’on a besoin sur notre territoire!

Pascal Bérubé, député de Matane-Matapédia

Il invitera donc les citoyens de ces deux secteurs à venir enrichir le débat au cours de deux forums.

Pascal Bérubé souhaite aussi profiter de ces exercices de consultation pour mettre à jour le profil de la population

Et faire des demandes très précises au ministère de la Santé!

Pascal Bérubé, député de Matane-Matapédia

Quant aux dossiers plus locaux, le député s’attend à des réponses concernant notamment les dossiers de la réfection du Stade du Centenaire de Mont-Joli et du gymnase de l’école Saint-Victor de Petite Matane.

L’avenir de la Cathédrale de Rimouski

Pour le député de Rimouski, Harold Lebel, l’un des dossiers les plus préoccupants qui l’interpelle beaucoup, c’est celui de l’avenir de la cathédrale de Rimouski. Il souhaite moins de division et que tous s’entendent sur un projet.

Harold Lebel veut travailler à faire débloquer ce dossier, sans savoir toutefois quel rôle exact il pourra jouer.

Moi ce que j’aimerais, c’est qu’en 2017 on s’entende sur le dossier de la cathédrale. Qu’on trouve une solution à long terme!

Harold Lebel, député de Rimouski

« S’il devait y avoir une consultation, il y aura des idées, si éventuellement dans les idées qui sont proposées pour sauver la cathédrale, mais aussi amener certains revenus […] si ça prend l’intervention du gouvernement. C’est sûr que j’aurai un rôle à jouer », explique le parlementaire.

Autre dossier majeur à Rimouski : celui du port de mer sur lequel Harold Lebel souhaite ardemment un déblocage en 2017.

On veut développer Rimouski comme la capitale québécoise du monde maritime. On fait de la recherche. Tout le monde est impliqué là-dedans. On a un quai qui est en désuétude. Ça n’a pas de sens! Il faut trouver une solution!

Harold Lebel, député de Rimouski

Le député de Rimouski a également plusieurs dossiers « dans le Haut pays »

« Avec le retrait du gouvernement dans les politiques de soutien rural, on a des problèmes, des problèmes pour garder les services de proximité. Des problèmes aussi au niveau du transport », précise Harold Lebel.

Il y a des enjeux. Il y a des solutions! […] Il faut consolider notre monde rural!

Harold Lebel, député de Rimouski

Port de mer de Rimouski

Comme Harold Lebel, le député fédéral de Rimouski-Neigette-Témiscouata-Les Basques cible le règlement des dossiers de la marina et de la jetée ouest du quai de Rimouski parmi ses priorités de 2017.

Selon lui, il s’agit d’un dossier qui met particulièrement en lumière la négligence et l’absence de préoccupation du gouvernement fédéral en regard des infrastructures qui lui appartiennent.

« Le gouvernement pense maintenant que le gouvernement du Québec ou un investisseur privé va s’intéresser à un port qui est désuet et donc une grande composante est maintenant fermée ? » questionne Guy Caron qui croit qu’Ottawa devra faire preuve de plus de sérieux dans ce dossier.

Si le gouvernement du Québec veut investir les 20 à 25 millions $ qui seront nécessaires pour la mise à niveau, ce sera bienvenu! Je me pose simplement la question à savoir pourquoi le gouvernement du Québec le ferait si le gouvernement fédéral lui ne prend pas acte de son irresponsabilité dans le dossier dans les 20 ou 25 dernières années!

Guy Caron, député, Rimouski-Neigette-Témiscouata-Les Basques

Selon Guy Caron, si Ottawa veut s’entendre avec Québec, il lui faudra mettre de l’eau dans son vin, « ce qu’il n’a pas été en mesure de faire jusqu’ici ! »

Télécommunications au Témiscouata

Le député néo-démocrate veut travailler en 2017 à trouver une solution aux problèmes de téléphonie cellulaire, notamment dans le secteur du Témiscouata. Selon lui l’absence de disponibilité de ce service dans plusieurs secteurs constitue un frein au développement économique.

Ce que le provincial annonce et ce que le fédéral a toujours fait c’est d’investir dans l’internet à haute vitesse. On investit jamais dans le cellulaire!

Guy Caron, député, Rimouski-Neigette-Témiscouata-Les Basques

Dans les régions comme le Témiscouata, rappelle le parlementaire « internet, ça ne veut pas dire fibre optique, ça veut dire internet par satellite qui a ses limitations également. »

On veut se donner bonne conscience en disant aux gens : vous allez être reliés, mais en termes de développement économique cela n’aide pas!

Guy Caron, député, Rimouski-Neigette-Témiscouata-Les Basques

Selon lui, oui, il y a des investissements qui sont faits, mais est-ce des investissements appropriés? « Cela n’a pas été le cas jusqu’ici », tranche le député.

La réflexion n’est pas terminée

Quant à son avenir politique et sur une éventuelle candidature à la course à la direction de son parti, Guy Caron laisse durer le suspense, n’ayant pas encore terminé sa réflexion. Le vote est prévu au mois d’octobre 2017.

Je devrais annoncer une décision pour le début du mois de février!

Guy Caron, député, Rimouski-Neigette-Témiscouata-Les Basques

Il préfère mener à terme l’adoption de son projet de loi privé sur le transfert d’entreprises agricoles à la prochaine génération.

La poursuite du débat à la Chambre des Communes est prévue le 6 février et le vote deux jours plus tard.

Plus d'articles

Commentaires

Vidéo du jour


Un chiot décide de se rafraîchir... dans le réfrigérateur





Rabais de la semaine