Retour

Problème d'eau potable à l'aéroport de Sept-Îles : un litre d'eau par jour par employé

L'aéroport de Sept-Îles est aux prises avec un problème d'eau potable depuis l'été dernier. En raison de la présence de trihalométhanes, la consommation d'eau du robinet est interdite par mesure préventive.

Transports Canada prélève régulièrement des échantillons d'eau « afin de s'assurer que ceux-ci sont conformes aux normes provinciales sur la qualité d'eau potable », précise le ministère par courriel. Il fait notamment un suivi de la concentration en trihalométhanes (THM) « qui affiche périodiquement un taux plus élevé que la norme permise ». 

Le ministère a donc interdit la consommation d'eau à l'aéroport. Il offrait de l'eau embouteillée à la cinquantaine d'employés et de locataires de ses installations, sans imposer de limites.

Mais depuis quelques jours, l'organisme fédéral a décidé de fournir deux bouteilles par personne par jour, soit un litre d'eau par employé, en raison d'une demande croissante de bouteilles d'eau. 

L'aéroport est alimenté en eau par l'aqueduc municipal. Or, la Ville de Sept-Îles fait valoir que la conduite d'eau qui mène à l'aéroport est de compétence fédérale. Elle soutient donc qu'elle n'est pas responsable de cette situation.

Selon la Ville de Sept-Îles, le système de gestion d'eau de Transports Canada serait en cause.

Transports Canada a lancé un appel d'offres afin de corriger la situation et pour assurer une gestion du réseau de distribution de l'eau potable à l'aéroport.

D'après les informations de Charles-Alexandre Tisseyre.

Plus d'articles

Commentaires

Vidéo du jour


Un enfant impressionne à la batterie dans le métro de New York





Rabais de la semaine