Les procureurs ont terminé leurs plaidoiries jeudi après-midi, lors du procès d'Alain André Desarzens au palais de justice de Mont-Joli. La juge Andrée St-Pierre a mis la cause en délibérée et rendra son verdict le 27 novembre prochain.

L'Autorité des marchés financiers réclame à Alain André Desarzens plus de 1,7 millions de dollars pour placements sans prospectus et pour exercice illégal de l'activité de courtage.

L'enquêteuse principale, Marie-Isabelle Dionne, a exposé, en début de semaine, le stratagème qu'aurait utilisé l'accusé pour flouer 2500 investisseurs en 2010. Selon elle, il aurait procédé à l'envoi massif de courriels, particulièrement aux États-Unis, dans lesquels il demandait aux investisseurs un montant de 10 à 20 dollars, pour lequel il promettait un gain de 10 000 à 100 000 $.

Toujours selon le témoin, l'accusé aurait aurait ainsi empoché un montant de près de 875 000 $.

Un cas particulier

Sylvain Théberge, directeur des relations médias pour l'Autorité des marchés financiers, explique que l'accusé avait en sa possession des dizaines de milliers de courriels. « C'est assez particulier parce qu'on ne se procure pas des adresses courriels comme ça, aussi facilement et là il en avait un nombre considérable. »

Alain André Desarzens nie les allégations. Il dit avoir été floué lui-même par les programmes d'investissements en ligne pour lesquels il faisait de la promotion. Alain André Desarzens a décidé de se défendre lui-même, sans avocat et ce malgré les recommandations de la juge.

L'accusé aura la chance de contre-interroger deux autres témoins d'ici la fin du procès, dont un expert informatique. Le procès pourrait durer environ une semaine.

Plus d'articles

Commentaires