Retour

Projet de site patrimonial au Havre du Bic : trop peu, trop tard ?

La Ville de Rimouski présentait mercredi soir son projet de règlement du site patrimonial du Havre du Bic, lors d'une assemblée publique de consultation. Les citoyens ont persisté à dire que le projet aurait dû tenir compte de leurs préoccupations, avant même d'être présenté.

Un texte de Laurence Gallant et Guillaume Bouillon

Le conseiller municipal du district, Marc Parent, souligne qu'une dizaine de représentants des différents partis impliqués, dont plusieurs fonctionnaires et élus municipaux, étaient présents à l'assemblée, dans le but de fournir toute l'information nécessaire aux citoyens et prendre leurs commentaires en considération.

« La rencontre de ce soir avait deux grands objectifs. Le premier était d'expliquer la démarche parce qu'il y a eu énormément d'informations véhiculées de façon erronée. Donc on a voulu expliquer aux gens les tenants et aboutissants de la désignation patrimoniale et le deuxième élément, très important, c'était vraiment de mieux comprendre quelles sont les préoccupations des gens », explique le conseiller municipal.

Par le biais de ce règlement, la Ville de Rimouski veut protéger les résidences anciennes situées en bordure du Parc du Bic. Plus d'une centaine de propriétés seraient soumises à ce classement patrimonial.

La grogne demeure

Certains propriétaires ont expliqué leur désaccord avec le projet, lors de l'assemblée d'information publique de mercredi soir. Donald Lebel, le propriétaire du Domaine Floravie, explique que le projet a été présenté sans consultation préalable et qu'il divise la population.

Donald Lebel ajoute qu'un projet avec de telles répercussions, autant chez les petits que chez les grands propriétaires, aurait dû être mis sur pied minutieusement, avec la contribution des citoyens.

De son côté, Jean-Luc Leblond, président de l'entreprise Le Vieux loup de mer, explique que ces règlements compliqueront les choses pour les entrepreneurs. Il ajoute que le projet est arrivé très rapidement, sans consultation, et que certains terrains, comme les siens, ne se prêtent pas à une telle réglementation :

Un projet de réglementation modifié sera présenté le 30 novembre prochain.

Plus d'articles

Commentaires

Vidéo du jour


Un homme sauve un faucon d'une attaque de serpent





Rabais de la semaine