Retour

Projet des Métaux canadiens: la politique s'en mêle

Le député de Matane-Matapédia, Pascal Bérubé, dénonce la décision de l'entreprise, les Métaux canadiens, de choisir Baie-Comeau pour réaliser son étude de faisabilité pour la construction d'une usine de transformation de silice.

Un texte de Jean-François Deschênes avec la collaboration de Geneviève Génier-Carrier et de William Phénix

Il demande à Québec de ne pas offrir d'avantages financiers à l'entreprise dans le cadre du Plan Nord. Il explique que le gisement se trouve à Saint-Vianney, dans la Vallée-de-la-Matapédia.

Pascal Bérubé affirme que les ressources de la région doivent être transformées à proximité et que Matane possède les infrastructures industrielles et portuaires adéquates. « Ce n'est pas ça le plan nord. C'est le tour de Matane d'avoir une annonce, et on va se battre en conséquence. »

Pascal Bérubé veut laisser la chance à Matane de faire « une contre-offre à armes égales. »

Réaction sur la Côte-Nord

Le maire de Baie-Comeau, Claude Martel, critique sévèrement l'attitude du député matanais.

Pour M. Martel, la Côte-Nord n'est pas un adversaire économique de la Rive-Sud. Il rappelle que de nombreuses personnes de la Rive-Sud ont travaillé sur les grands chantiers hydroélectriques Manicougan-Outardes, que la Côte-Nord fournit 40 % de l'hydroélectricité du Québec et que le bois nord-côtier a souvent pris le chemin de la Rive-Sud pour être scié.

Claude Martel estime que si le projet de Métaux Canadiens a lieu à Baie-Comeau, la Côte-Nord et la Rive-Sud en profiteront.

L'usine de transformation pourrait créer 200 emplois directs.

Plus d'articles