Retour

Projet pétrolier à Belledune : la cour se penchera sur le cas en janvier

C'est en janvier 2016 que la cour doit se pencher sur la demande d'injonction de trois communautés micmaques de la Gaspésie qui s'opposent au projet de terminal pétrolier à Belledune, au Nouveau-Brunswick.

Les Premières Nations disent qu'elles n'ont pas été consultées et que le projet vient à l'encontre de leurs droits ancestraux.

Si le terminal Chaleur voit le jour, plus de 200 wagons de pétrole albertain arriveront quotidiennement à Belledune en traversant plusieurs communautés du Québec et du Nouveau-Brunswick.

Le pétrole sera ensuite entreposé pour être expédié par bateaux vers les marchés internationaux.

Au début du mois de juillet, le Secrétariat Mi'gmawei Mawiomi, un organisme qui défend les droits des trois communautés micmaques de la Gaspésie, a déposé une poursuite judiciaire. On invoque, entre autres, les risques que le projet représente pour les communautés autochtones et pour les rivières à saumon.

Les Premières Nations dénoncent aussi le manque de consultation et ajoutent que le projet de terminal pétrolier contrevient à leurs droits ancestraux. Elles demandent un arrêt du projet de Belledune, le temps qu'il fasse l'objet de consultation à plus grande échelle.

Un militant écologiste de longue date en Gaspésie, Michel Goudreau, dit appuyer la démarche juridique des membres des Premières Nations.

« Les consultations qui ont été faites à date sur le projet de Belledune n'ont été faites qu'avec les communautés amérindiennes du Nouveau-Brunswick, explique Michel Goudreau. Au Québec, la communauté de Ristigouche est très concernée par ce projet-là parce que les convois vont suivre tout le parcours de la rivière Matapédia. Et Québec a annoncé pas plus tard que le mois dernier qu'il ne prévoit pas mener aucune consultation sur le projet de Belledune autant au niveau de la communauté autochtone que du côté du Québec qui sont directement concernés par ce projet-là ».

Plus d'articles

Commentaires

Vidéo du jour


10 domaines où les robots sont indispensables





Rabais de la semaine