Retour

Protection des baleines franches : les mesures se précisent

Le gouvernement fédéral élabore certaines stratégies pour protéger les baleines noires de l'Atlantique Nord, ou baleines franches, dans le golfe du Saint-Laurent. Parmi celles-ci, le ministère des Pêches et des Océans propose de suivre leurs déplacements en temps réel pour ajuster la vitesses des navires.

Des représentants du gouvernement fédéral, des communautés autochtones, de groupes environnementaux et des industries des pêches et du transport maritime se sont rencontrés jeudi à Moncton, au Nouveau-Brunswick, pour discuter de la protection de l'espèce.

Ces mammifères protégés sont menacés de disparition. Douze baleines franches sont mortes dans les eaux canadiennes cette année et quatre autres carcasses ont été retrouvées dans les eaux américaines.

Le ministre des Pêches et des Océans, Dominic LeBlan,c ordonne entre autres le maintien du ralentissement obligatoire des paquebots dans le golfe du Saint-Laurent.

Jean-Pierre Couillard, directeur de l'Association des capitaines-propriétaires de la Gaspésie, se dit optimiste.

« Il y a des solutions qui sont envisageables si on connaît le déplacement des baleines, même pour le transport maritime, constate-t-il. Ça pourrait être une façon de déterminer les limites de vitesse dans les endroits où on est certains qu’il n’y a pas de baleines. »

Stéphane Ste-Croix d'Escale Gaspésie est d'accord. Il ajoute qu'une meilleure connaissance des déplacements des baleines permettrait d'établir des corridors de navigation libres de la présence des cétacés.

« Ce qu’on a apporté aujourd’hui, c’est d’avoir une approche plus dynamique en termes de gestion de la zone, donc d’avoir accès en temps réel aux déplacements de la population de baleines noires », explique-t-il.

L'Association des crabiers acadiens voudrait aussi que l'on nettoie le fond du golf du Saint-Laurent afin d'enlever les casiers fantômes.

Ottawa ordonnera aussi aux bateaux de maintenir une zone de protection de 100 mètres autour des baleines.

L'idée de devancer la saison de pêche au crabe des neiges d'une à deux semaines a aussi été proposée.

Les nécropsies pratiquées sur les baleines mortes l'été dernier dans le golfe confirment qu'elles ont succombé soit à des traumatismes causés par des collisions avec des navires, soit à l'empêtrement dans des engins de pêche.

Plus d'articles

Commentaires

Vidéo du jour


Une caméra de sécurité montre quelque chose d'extraordinaire





Rabais de la semaine