Retour

Quai de Carleton-sur-Mer : une réfection rentable

Carleton-sur-Mer dévoile une étude démontrant la pertinence économique de la réfection de son quai.  Les retombées économiques seraient nombreuses, d'après l'étude.

À elle seule la réfection du quai génèrera plus d'une centaine d'emplois et des retombées de 8,3 millions de dollars en salaires ainsi que des revenus fiscaux de près de près de 4 millions de dollars.

Toutefois, selon l'économiste et enseignant à l'École des Hautes-Études commerciales de Montréal, Marc Simard, le projet aura surtout des impacts non négligeables sur les dépenses touristiques. Le chercheur évalue que la réparation du quai pourrait se traduire par une hausse de l'achalandage de 13 % et des retombées supplémentaires dans le milieu de 2,1 millions de dollars.

Un quai populaire

D'après une enquête réalisée à l'été 2015 auprès des touristes, le quai se classe comme le site le plus populaire de Carleton-Sur-Mer.

Le porte-parole de la Ville, Alain Bernier, explique que le projet a donc évolué au cours de la dernière année pour intégrer un plus vaste volet récréotouristique. « On s'est aperçu qu'il y avait peut-être quelque chose de plus porteur d'avenir, créateur d'emplois », indique M. Bernier. D'ailleurs, l'étude estime qu'une quinzaine d'emplois directs pourrait être créée.

Une des forces du projet, c'est de transformer le quai en havre polyvalent, souligne M. Bernier. La Ville soutient qu'une fois réalisé, le nouveau quai sera nettement plus attractif avec ses aménagements qui visent à créer une zone pour les bateaux d'excursion, une zone pour la pêche récréative, une autre pour la pêche commerciale et une place publique.

« Il y a beaucoup de partenaires bénéficiaires, relève le porte-parole de la Municipalité, il y a les pêcheurs, les pêcheurs sportifs, les bateaux d'excursion, parce qu'il y a une progression à Carleton-Sur-Mer, il y a les plaisanciers, mais aussi les touristes terrestres parce que l'extrémité du quai sera convertie en parc municipal et il y a les touristes qui veulent aller sur le banc de Carleton parce qu'on réserve une partie du montant pour réaménager le banc, là où est rattaché le quai et il y a même de l'argent pour relier les deux pointes du banc. »

Les organismes à vocation économique et touristique seront aussi mis à contribution afin de gérer les nouvelles installations.

Selon Marc Simard, la démolition du quai pourrait avoir des impacts négatifs.  

Tout n'est pas encore joué

Carleton-sur-Mer veut qu'Ottawa paie la presque totalité du projet de 23 millions de dollars. Les responsables sont convaincus que le fédéral sera prêt à payer pour se départir du quai qui est en très mauvais état.

Toutefois, des problèmes techniques bloquent le transfert des installations portuaires. Le quai, qui appartient à Transport Canada, empiète sur le terrain de Pêches et Océans Canada.

Les deux ministères doivent s'entendre. C'est tout ce qu'il manque pour le quai soit admissible au programme de cession de Transport Canada.

Mais le temps presse. D'ici 2017, Transport Canada évalue qu'il ne sera plus possible d'amarrer au quai, encore fréquenté par 18 bateaux.

De nouveaux blocs de béton ont été ajoutés la semaine dernière ce qui en limite encore plus son accès. L'installation récente de ces blocs est une conséquence d'une inspection réalisée l'automne dernier, raconte Alain Bernier. Une autre inspection a été effectuée la semaine dernière et Alain Bernier craint que d'autres sections du quai soient interdites ou pire, que le quai soit complètement fermé dès cette année.

Ensuite, pour que le projet se réalise, Pêches et Océans doit s'engager à louer l'infrastructure pour les 18 bateaux de pêches qui fréquentent le site en période de pointe.

Le projet pourrait voir le jour en 2018.  

L'étude sera présentée publiquement aux citoyens, mardi soir.   Un millier de personnes, sur une population de 4000, s'était déplacé en juin dernier pour démontrer leur appui au projet.

Plus d'articles

Commentaires

Vidéo du jour


Une caméra de sécurité montre quelque chose d'extraordinaire





Rabais de la semaine