Retour

Quai de Percé : mise en demeure à la Ville de Percé

La bisbille entre Percé et les bateliers grimpe d'un ton.   La Ville de Percé a reçu une mise en demeure des deux entreprises qui organisent les croisières au large du Rocher-Percé et à l'île Bonaventure.

Les Bateliers de Percé et les Croisières Julien Cloutier refusent d'adhérer à la réforme que la Ville propose pour gérer le quai. Sans entente, la Municipalité estime qu'elle ne peut pas pour le moment devenir propriétaire des installations.

Les autorités municipales ont donc demandé à Pêches et Océans de reporter d'un an les travaux de reconstruction du quai qui doivent débuter cet été.

Le maire de Percé, André Boudreau, est formel : la Municipalité doit trouver des moyens de garantir à long terme le financement du quai avant d'en prendre possession.

André Boudreau souhaite obtenir un délai de Pêche et Océan Canada pour tenter d'en arriver à une entente.

Une réforme ou un règlement

Il affirme être ouvert aux discussions, même si la tension est vive entre les deux parties. « Ils ne veulent plus me parler », admet le maire. Les dernières communications que j'ai eues avec eux, c'est une mise en demeure. Ça n'aide pas à la confiance ni au développement de bonnes relations à long terme. »

Pour la directrice adjointe des Bateliers, Mona Cahill, la proposition de la Ville est une forme d'expropriation. C'est que les Bateliers de Percé pourraient devoir payer des redevances allant jusqu'à 30 % de leurs revenus, pour la gestion du nouveau quai.

« C'est quand même une réforme complète de l'industrie elle-même », convient André Boudreau.

La Ville poursuivait effectivement le projet d'installer un guichet de vente unique pour les deux entreprises. « C'est, croit le maire, de notre responsabilité d'assurer la pérennité que cette industrie-là, on a un parc national en face, de favoriser son développement au maximum en termes de revenus et en terme de qualité »

André Boudreau est conscient qu'il lui faudra l'accord des principaux intéressés pour aller de l'avant.

Toutefois, sans accord, la Municipalité pourra imposer ses règlements. « Tu peux avoir un règlement qui dit que pour faire de la business sur le quai de Percé, ça coûte tant, et si tu ne paies pas, tu ne fais pas de business », explique M. Boudreau.

Une promenade temporaire pour l'été

Par ailleurs, Percé travaille toujours à reconstruire sa promenade presque entièrement démolie par les tempêtes et les grandes marées.

La Ville mène deux projets en parallèle, soit les travaux de préparation pour la promenade et ceux pour une installation transitoire qui sera là pour les deux prochaines saisons touristiques.

La Ville de Gaspé installera temporairement un trottoir durant l'été, qui s'étendra du restaurant la Maison du pêcheur jusqu'au terrain de la piscine.

Sur le trajet, trois tours d'observation auxquelles seront intégrés des éléments d'interprétation sur les changements climatiques et sur le prochain projet de promenade seront érigées. « On veut vraiment montrer aux gens d'ici et à la clientèle touristique ce qu'est une tempête lorsqu'elle s'abat sur un littoral comme celui de Percé », explique le maire.

Percé souhaite que les travaux soient terminés en juin pour le début de la saison touristique.

Plus d'articles

Commentaires

Vidéo du jour


Une caméra de sécurité montre quelque chose d'extraordinaire





Rabais de la semaine