Retour

Quand « elle » devient « il » : l'histoire d'un Rimouskois transgenre

Pendant 27 ans, Gabriel Francoeur était une fille. Il y a un an, il a entrepris des démarches pour changer de sexe et devenir ce qu'il a toujours senti qu'il était : un homme. Depuis, il raconte son histoire dans un blogue sur Facebook pour aider les personnes comme lui à se sentir mieux dans leur peau.

Un texte de Julie Tremblay

« J'ai le sentiment que je ne suis pas dans le bon corps depuis que j'ai l'âge d'avoir une conscience sociale, disons depuis la maternelle », dit Gabriel Francoeur quand il raconte son histoire. Toutefois, ça ne fait que six mois qu'il a commencé un traitement d'hormonothérapie pour devenir, peu à peu, un garçon.

Depuis, sa voix a commencé à muer, il a quelques poils au menton mais surtout, il commence à se sentir mieux dans sa peau.

« J'ai choisi officiellement [d'être un gars] ça fait pratiquement un an », dit-il. Sur son certificat de naissance, son sexe est maintenant masculin, même si physiquement, il n'a pas encore subi toutes les chirurgies nécessaires.

Il a changé tous ses papiers, des assurances jusqu'à la carte d'assurance-maladie, des changements lui ont coûté quelques centaines de dollars. « Ça fait du bien d'être reconnu comme on est », affirme-t-il, même s'il avoue que ces démarches ont été longues et fastidieuses, non seulement sur le plan légal, mais aussi sur le plan médical.

Un combat de tous les jours

Dans quelques mois, Gabriel devrait subir sa première opération, l'ablation des seins, pour devenir physiquement un homme. Il avoue cependant que la transformation est très difficile, tant sur le plan physique que sur le plan psychologique.

C'est pourquoi il tient un journal, sur Facebook, où il explique et commente les étapes de sa transformation : « Mo,i j'aurais aimé ça, avoir une page comme ça. On n'a pas de modèle, on sait pas concrètement au fil des semaines ce que ça donne. »

Se faire accepter par ses proches et par la société

Gabriel Francoeur affirme que changer de sexe, ce n'est pas une décision à prendre à la légère. Sa décision a eu des conséquences sur ses relations avec sa famille et ses proches. Certains l'ont accepté tel qu'il est, tandis que d'autres ont coupé les ponts.

Maintenant, il poursuit sa transformation, lentement mais sûrement, en espérant, un jour, qu'il n'y ait plus d'ambiguïté et qu'il cesse de se faire appeler madame.

Plus d'articles

Commentaires

Vidéo du jour


Un avion s'écrase dans un arbre





Rabais de la semaine