Retour

Quand le patrimoine religieux et artistique cohabitent

Devant composer avec une baisse de fréquentation des églises, des fabriques doivent trouver d'autres vocations à ces imposants édifices. À Matane, l'église Bon-Pasteur est devenue une sorte de temple voué à la préservation du patrimoine historique et artistique.

Un texte de Brigitte Dubé

Appuyée financièrement par la Ville, la Société d'histoire et de généalogie de Matane (SHGM) occupe maintenant cette église tout à fait particulière, devenue en quelque sorte un musée.

En effet, l'église est riche en sculptures de Jacques Bourgault de Saint-Jean-Port-Joli et en vitraux du maître verrier Olivier Ferland, notamment, des oeuvres acquises grâce au travail acharné de l'ancien curé Rosaire Dionne, un passionné des arts.

La Fabrique tenait à ce que les œuvres soient préservées et mises en valeur.

Difficile de rester indifférent devant l'ambiance créée par les sculptures et les couleurs des toiles du peintre Picher éclatant sous la lumière des vitraux.

Le président de la SHGM, René Joncas, se dit ravi de cet échange de bons procédés.

Le déménagement est récent, mais déjà le trésorier de la SHGM, Serge Ouellet, constate que le public s'approprie les lieux.

Selon Serge Ouellet, cette configuration permet de tenir diverses expositions en même temps.

Le matériel abonde : diverses collections fonds d'archives, des artéfacts, des milliers de photos des actualités de la Matanie prises par les journalistes du défunt hebdomadaire La Voix gaspésienne. L'entreprise matanaise ID Num est aussi en train de numériser les pages du journal.

Les visiteurs peuvent également visionner des films d'archives de la station de télé CKBL, devenue Radio-Canada.

Les nouveaux locaux ont été inaugurés, vendredi, en marge des Journées de la culture. Ils sont accessibles à tous, en après-midi, du lundi au vendredi de 13 h à 16 h 30.

Plus d'articles

Vidéo du jour


L’amour selon le zodiaque