Retour

Québec entame ses consultations sur la marijuana

Le gouvernement du Québec tient aujourd'hui à Rimouski la première d'une série de séances de consultations publiques sur l'encadrement à définir en vue de la légalisation du cannabis par le gouvernement fédéral. Ces consultations permettront d'entendre des intervenants des milieux communautaires et sociaux, mais aussi le grand public.

À moins d'un an de la légalisation du cannabis, de nombreuses questions restent en suspens : qui le produira, qui le vendra, à quel âge la consommation sera-t-elle légale, quelles seront les règles concernant la conduite automobile et, surtout, comment un gouvernement qui décourage la simple consommation de cigarettes peut-il réglementer l'usage du cannabis sans en faire la promotion?

Le dossier est tellement complexe qu'en juin, 200 experts ont dit au gouvernement que le cadre juridique qui sera mis en place dans la prochaine année ne sera pas parfait.

Une opinion que partage la ministre déléguée à la Santé publique et responsable du dossier, Lucie Charlebois.

La Santé publique du Bas-Saint-Laurent et de Gaspésie-Iles-de-la-Madeleine ainsi que deux groupes communautaires présenteront leur point de vue aux audiences à Rimouski. En soirée, la parole sera aux citoyens.

Nouvelle façon de vendre un produit

À titre d'exemple, le directeur de la Santé publique de Gaspésie-Îles-de-la-Madeleine, le docteur Yv Bonnier Viger, demande que l'organisme qui deviendra responsable de vendre le produit doive aussi faire de la sensibilisation auprès des consommateurs.

Le docteur croit aussi que le gouvernement devrait créer une société d'État indépendante pour commercialiser le produit, autre que la SAQ. Il propose une nouvelle entreprise d'économie sociale ou une organisation sans but lucratif. « Ils auraient comme mission principale d’être en relation avec les gens qui viennent chercher du cannabis ; discuter avec eux, quel usage ils comptent en faire? Est-ce que leur usage est problématique? »

La ministre Charlebois promet de porter une oreille attentive à ces recommandations. « Il faut un encadrement rigoureux. Nous, ce que l'on veut, c'est encadrer pour mieux contrôler. »

Un processus rapide

D'ici trois semaines, des consultations auront lieu dans six autres régions du Québec, dont Montréal le 7 septembre.

Ensuite, le gouvernement présentera cet automne un projet de loi-cadre régissant la consommation de cannabis au Québec. La ministre dit ne pas avoir d'autre choix en raison de l'empressement d'Ottawa dans ce dossier.

« On aurait apprécié avoir un peu plus de temps. Je ne vous cacherai pas cela. Une fois que l'on a dit ça, on n'a pas d'option-là. »

Les experts consultés en juin ont estimé que le Québec porte une grande responsabilité dans ce débat, car sa gestion passée du tabac et du cannabis médical lui a permis d'en réduire la consommation. Ils préviennent toutefois que les décisions à venir ne doivent pas renverser cette tendance.

Les audiences ont lieu mardi à l'hôtel Le Navigateur de Rimouski à compter de 15 h pour les groupes communautaires et autres organisations et à compter de 17 h 30 pour le grand public.

D'après les informations de Denis Leduc

Plus d'articles

Commentaires

Vidéo du jour


Une crampe musculaire vraiment intense





Rabais de la semaine