Retour

Québec réinvestit dans le développement régional en Gaspésie

La Gaspésie disposera d'un peu plus de 17 millions de dollars au cours des cinq prochaines années pour investir dans des projets structurants de développement régional.

Un texte de Joane Bérubé

Québec a annoncé en début de semaine les montants qu’il entend verser à la Gaspésie dans le cadre du nouveau Fonds en appui au rayonnement des régions.

Pour la prochaine année, la région recevra 1,66 million. Ce montant grimpera jusqu’à 5,5 millions à la dernière année du programme en 2021-2022.

C’est le montant qu’on attendait, commente le président de la Table des préfets de la Gaspésie et Saint-Alexis-de-Matapédia, Guy Gallant.

Lors du forum Gaspésie, qui s’est tenu au printemps dernier, les participants avaient ciblé diverses priorités d’action afin d’orienter les projets soutenus par le FARR.

La démographie et l’occupation du territoire sont ressorties comme étant l’axe majeur d’intervention. « On avait conclu qu’en travaillant sur la démographie on travaillait sur un ensemble de secteurs », précise Guy Gallant.

Moins d'argent

Même s’il reconnait que tout investissement dans la région est le bienvenu, le député de Gaspé, Gaétan Lelièvre, a tenu à rappeler lors de l’annonce que le démantèlement des organismes régionaux de développement avait fait perdre au moins 10 millions par année à la région depuis 2014, soit un total de 30 millions de dollars. Le député estime que le manque à gagner atteindra 70 millions à la fin du programme FARR.

Le député estime que la gestion du programme par le ministère des Affaires municipales et de l’Occupation du territoire (MAMOT) va à l’encontre des principes d’autonomie et de partenariat que le gouvernement souhaite implanter avec les élus municipaux.

Gestion ministérielle

Comme partout ailleurs au Québec, c’est effectivement le MAMOT qui verra à valider l’admissibilité des projets et gérera les ententes de financement.

Les projets seront toutefois analysés par un comité directeur régional.

En Gaspésie, le comité directeur du FAAR sera constitué des préfets, des représentants du MAMOT, et d’un représentant du ministre.

Il reste encore plusieurs éléments à déterminer avant que le fonds puisse servir au financement de projets.

Le comité directeur devrait se réunir sous peu pour discuter notamment des critères de sélection qui serviront à gérer régionalement le fonds. Le comité décidera aussi de la manière dont les promoteurs accéderont au FARR.

Le comité pourrait par exemple fonctionner par appel d’offres et confier un mandat à une entreprise, un organisme ou même une municipalité. Les rencontres auront lieu le plus rapidement possible, assure le président de la Table des préfets.

Comme il s’agit d’une année électorale, M. Gallant souhaiterait que le mode de fonctionnement du comité directeur soit établi avant l’échéance électorale. « De manière, dit-il, à ce qu’il y ait une bonne base pour travailler, qu’importe qui sera en place », ajoute le maire de Saint-Alexis-de-Matapédia.

Plus d'articles

Commentaires

Vidéo du jour


Un homme sauve un faucon d'une attaque de serpent





Rabais de la semaine