Retour

Récolter son propre sapin de Noël : une tradition encore vivante

Depuis 1997, Daniel Bélanger cultive des arbres de Noël à Amqui, dans la vallée de la Matapédia. Quelque 100 000 sapins poussent sur sa terre et chaque année, plusieurs milliers font leur chemin jusque dans les chaumières.

Pour la famille Michaud-Gagné, la quête du sapin parfait est un moment familial important. À 11h samedi matin, les deux parents et les trois enfants se sont rendus sur la terre de leur producteur préféré pour y dénicher leur arbre de Noël.

En plus d'être un moment privilégié en famille, c'est une tradition qui dure depuis plusieurs décennies chez eux. Les sourires et la bonne humeur sont au rendez-vous.

Cette scène se répète plusieurs fois par jours sur la plantation de Daniel Bélanger. Dans un contexte où l'économie du sapin de Noël est difficile, c'est pour ces moments précieux qu'il continue.

C'est important. On vend des sourires, on vend du bonheur. L'arbre de Noel, c'est la tradition au Québec!

Daniel Bélanger, producteur de sapins

Il explique qu'au tournant des années 2000, l'industrie était rentable, ce qui a motivé plusieurs producteurs à se lancer : « Un sapin, ça prend 10 ans à pousser. Donc à partir de 2010, ça a été des années difficiles. Il y a plus de sapins qu'il y a d'acheteurs. »

Le Québec est la plus vaste pépinière à arbres de Noël au Canada. Environ 1,25 million de sapins sont produits chaque année et la majorité s'en va vers des foyers américains.

Selon Daniel Bélanger, c'est surtout les grandes chaînes qui lui font compétition.

Ils mettent très peu de marge dessus, pour faire rentrer le monde dans le magasin.

Daniel Bélanger

À Amqui, l'autocueillette se poursuit jusqu'au 18 décembre.

Plus d'articles

Commentaires

Vidéo du jour


Toute la vérité sur la Vierge





Concours!



Rabais de la semaine