Retour

Récupération des aliments : la Haute-Gaspésie veut faire plus

Un projet de récupération alimentaire pourrait voir le jour en Haute-Gaspésie afin d'approvisionner les cuisines collectives et les organismes communautaires qui offrent des services de banques alimentaires.

Un comité de travail a été mis en place à cet effet, indique Marie-Ève Paquette, agente de mobilisation pour Nourrir notre Monde.

Des organismes communautaires de la Haute-Gaspésie reçoivent déjà des dons alimentaires de citoyens qui ont, par exemple, des surplus de récoltes. « On aimerait toutefois, explique Mme Paquette, aller plus loin et faire connaître ces possibilités, puisque ce n’est pas tout le monde qui sait qu’on peut le faire. »

Récupérer des aliments, c’est aussi sensibiliser les gens au gaspillage alimentaire. « Il y a 50 % du gaspillage alimentaire qui se fait entre le frigo et la poubelle des consommateurs. Il ne faut pas penser que les épiciers sont les seuls responsables » relève la porte-parole de Nourrir son monde.

Selon Mme Paquette, l’épicier principal de la Haute-Gaspésie, le marché Métro de Sainte-Anne-des-Monts, s’est montré ouvert au projet.

Par ailleurs les banques alimentaires du Québec pourraient aussi accompagner le groupe pour l’aider à monter son projet. « Il n’y a rien de confirmer, mais on sait qu’il y a une ouverture », rapporte Mme Paquette.

Plus d'articles

Commentaires

Vidéo du jour


Une caméra de sécurité montre quelque chose d'extraordinaire





Rabais de la semaine