Retour

Récupération du bois de grange : perte ou préservation du patrimoine?

L'engouement suscité par le bois de grange, ces dernières années, inquiète ceux qui se préoccupent de la préservation du patrimoine agricole. D'autres pensent au contraire que c'est plutôt faire œuvre utile que de donner une seconde vie à des planches et poutres souvent centenaires.

Propriétaires de bars, de commerces ou de maisons le recherchent activement pour sa rusticité, qui confère une certaine chaleur à leur décor.

L'agriculteur, enseignant et écrivain Jean Bédard, copropriétaire de la ferme Sage Terre du Bic, s'inquiète de voir disparaître ce patrimoine agricole.

Il a acheté une terre et a décidé de restaurer la grange qui s'y trouvait. Elle date de 1895. « Les gens me disaient : "Cette étable-là elle est foutue. Démolis-la, vends le bois, débarrasse-toi s'en et reconstruis-toi." Je n'étais pas capable de faire ça. »

Jean Bédard éprouve un immense respect pour ces témoins du passé agricole québécois.

Neuf bâtiments agricoles restaurés dans la MRC Rimouski-Neigette

Jean Bédard a profité d'un montant de 30 000 dollars de la part du gouvernement dans le cadre du Programme pilote d'appui à la multifonctionnalité de l'agriculture. Neuf bâtiments agricoles ont été restaurés dans la MRC Rimouski-Neigette en vertu de ce programme.

La coordonnatrice à la culture et aux communications à la MRC de Rimouski-Neigette, Shanti Sarrazin, déplore qu'il n'y ait pas d'inventaire des bâtiments agricoles patrimoniaux.

Cette mode l'inquiète. « Ça va devenir un incitatif à ne pas préserver notre patrimoine. »

Un boom depuis un an et demi

L'entreprise Espace Bois de Saint-Pascal-de-Kamouraska, qui existe depuis un an et demi, connaît un immense succès avec ses murs et ses meubles en bois de grange récupéré.

Les clients proviennent de Québec, de Montréal et de Rimouski. Ils aiment le mélange entre le moderne et le rustique. « On a démoli six granges pour se faire un inventaire et, depuis, ça marche tellement que nous n'avons plus le temps de le faire. Les gens nous téléphonent et on ne manque jamais de matière première », explique la directrice marketing, Claudia Tessier.

Pour elle, la récupération de bois de grange n'est pas un gaspillage du patrimoine agricole.

Un bois solide

Bois anciens et Antiquités de Rimouski est une sorte de caverne d'Ali Baba pour les chasseurs de planches et poutres centenaires. Le propriétaire se rend chez des agriculteurs et paie pour détruire les granges en mauvais état, puis revend le bois.

Louis Dionne y est entré pour trouver les planches qui deviendront une table de salle à manger. Le type de bois et sa qualité l'intéressent plus que l'aspect.

« Il est très droit et très sec. Il ne " travaillera " pas. Il y en a qui mettent ça sur les murs, ce qui n'est pas mauvais aussi. Ça donne un petit look beach style. »

D'après un reportage de Sébastien Desrosiers

Plus d'articles

Commentaires

Vidéo du jour


10 domaines où les robots sont indispensables





Rabais de la semaine