Aux prises avec une récidive du cancer du sein, Arlène Beaudin, de Sept-Îles, livre un témoignage touchant sur les délais pour recevoir les résultats des biopsies qui sont analysées en Ontario.

Elle soutient que l'absence de pathologiste dans la région provoque des attentes très difficiles à vivre. Présentement, seulement deux biopsies de cancer du sein peuvent être analysées par semaine sur la Côte-Nord, et ce, dans un laboratoire privé situé en Ontario. Le Centre intégré de santé et des services sociaux (CISSS) de la Côte-Nord reconnaît que la situation est problématique.

Arlène Beaudin rappelle qu'à la suite d'une mammographie, le 8 août, une échographie et une biopsie ont été effectuées rapidement. Elle indique que la suite est plus difficile à vivre.

« À partir du moment où j'ai une biopsie qui est partie, puis que je dois attendre qu'elle revienne, bien là, on se met en mode attente, recherche auprès du docteur, de Google, puis toutes sortes d'affaires qui nous sortent dans la tête. Il y a plein de gens qui disent des choses. »

Arlène Beaudin ajoute qu'elle a développé une aversion aux attentes et qu'elle a eu recours à des médicaments.

« J'ai fait une demande à mon médecin de famille pour qu'il me prescrive un deuxième avis, puis que je puisse aller me faire soigner par eux. J'aime mieux voyager puis de me sentir entourer. Là, j'ai comme l'impression que je me fais faire des lunettes chez un dentiste », explique-t-elle.

Elle appuie la chirurgienne de Sept-Îles Marion l'Espérance, qui a publiquement dénoncé les effets induits par la réforme du système de santé lancée par le ministre Gaétan Barrette.

« Inacceptable », selon le maire de Sept-Îles

Le maire de Sept-Îles, Réjean Porlier, trouve inacceptable que des patients de la Côte-Nord doivent attendre des semaines avant d'avoir leur diagnostic de cancer.

Il estime que le ministre de la Santé, Gaétan Barrette, ne tient pas compte des particularités de la région. Réjean Porlier souligne pourtant que le ministre avait assuré que sa réforme n'affecterait pas les soins en région.

« Ça détonne énormément du discours qu'on a entendu du ministre. Quelque part, il y a des promesses de maintien de services, mais qu'il y ait un réajustement », s'insurge Réjean Porlier.

« Si le ministre Barrette n'est pas en mesure de la faire, que le premier ministre réagisse. Ça n'a pas de sens à mon avis. On les entend toujours dire que les régions, c'est important. Aujourd'hui, on a la démonstration qu'il faut prendre un numéro », ajoute-t-il.

De son côté, la députée péquiste Lorraine Richard veut demander personnellement au ministre Gaétan Barrette d'intervenir pour corriger la situation le plus rapidement possible.

D'après les informations d'Evelyne Côté

Plus d'articles

Vidéo du jour


Qu'est-ce qui se passe quand tu fais une détox de cellulaire?