Retour

Réhabilitation de l'anse du Moulin : Alcoa reçoit le feu vert de Québec

Québec autorise l'aluminerie Alcoa de Baie-Comeau à réhabiliter le secteur de l'anse du Moulin, l'une des zones marines les plus contaminées au pays.

Le ministère de l'Environnement n'a reçu aucune demande d'audience publique concernant le projet de réhabilitation évalué à 27 millions de dollars.

En mai dernier, le ministère a produit un rapport d'analyse environnementale « qui permet de conclure que le projet est acceptable sur le plan environnemental », peut-on lire dans le décret gouvernemental autorisant le dragage. 

Des décennies d'activités industrielles et maritimes sans normes environnementales ont laissé une épaisse couche de sédiments lourdement contaminés dans l'anse du Moulin.

Il y aurait dans cette zone des concentrations élevées de produits chimiques industriels, comme des hydrocarbures aromatiques polycycliques (HAP) et des biphényles polychlorés (BPC), à la suite des activités passées de l'aluminerie.

Alcoa s'engage à réhabiliter une superficie de 10 000 mètres carrés de fond marin en le recouvrant pour sceller les contaminants.

Le dragage des sédiments contaminés et la réhabilitation environnementale du site de l'Anse-du-Moulin pourraient s'amorcer en 2017.

Plus d'articles

Commentaires