Retour

Rimouski fait une croix sur tout projet public dans la cathédrale

La Ville de Rimouski écarte définitivement les possibilités de faire renaître le projet de la Coopérative Paradis à la cathédrale ou d'y déménager la bibliothèque municipale. Elle veut même forcer l'Église catholique à investir les fruits de l'éventuelle vente du presbytère dans la restauration de l'église.

À la suite des résultats de la consultation publique sur l'avenir de la cathédrale Saint-Germain, le conseil municipal a réévalué l'option d'y déménager la Coopérative Paradis ou la bibliothèque municipale.

Cependant, après mûre réflexion, la Ville fait une croix définitive sur ces projets, qui nécessiteraient des invesitssements trop importants pour la Ville, selon le maire, Marc Parent.

Rimouski augmente la pression sur le clergé

Par ailleurs, la Ville de Rimouski réitère son intention d'acheter le presbytère. Le maire Parent affirme que la valeur marchande du bâtiment est presque nulle à l'heure actuelle, puisque la zone dans laquelle il se trouve ne permet pas de l'utiliser à des fins commerciales.

La Ville se dit toutefois prête à faire des modifications de zonage et à acheter le bâtiment, mais à certaines conditions.

« Les sommes qu'on serait prêts à débourser, potentiellement de l'ordre d'un million de dollars, devraient obligatoirement être investies dans la restauration et la rénovation de la cathédrale. »

Le maire refuse de préciser si la Ville est en train de forcer le clergé à garder la cathédrale comme lieu de culte. Il précise que la Ville prend les décisions qui la concernent et que l'Église devra faire de même.

Plus d'articles

Commentaires